Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2014

Repetto, cadeau d'une mère à son fils

Saviez-vous que l'on doit les pointes, ballerines et chaussons de danse Repetto à la mère d'un de nos plus grands chorégraphes français ?

repetto 4.jpg

Quand l'histoire commence, en 1947, Rose Repetto (1917-1984) n'a que 40 ans. D'origine italienne, c'est pour l'un de ses fils, Roland, qui revient fréquemment de ses cours de danse les pieds en sang, qu'elle va mettre au point un chausson permettant une plus grande aisance dans la pratique de cet art.

Ingénieuse et bonne couturière,elle se sert du « cousu-retourné », la semelle en cuir est cousue à l’envers avant d’être retournée, pour créer des chaussons-pointes qui vont ni plus ni moins révolutionner la danse.

Le succès est immédiat et rapidement elle va abandonner son métier de bistrotière pour ouvrir un atelier près de l’Opéra de Paris. C'est là qu'elle fabrique en nombre les ballerines qui vont désormais porter son nom, les ballerines Repetto.

repetto,ballerines de danse,pointes,brigitte bardot

Neuf ans plus tard, en 1956 , une jeune actrice et danseuse, déjà cliente de l’atelier, va donner à Repetto "la juste dose de paillettes nécessaire pour métamorphoser la marque d'un fabricant spécialisé en un mythe discret d'élégantes branchées". Brigitte Bardot fait ses premiers pas dans le cinéma aux côtés de Roger Vadim quand elle fait appel aux talents de Rose pour lui inventer une ballerine de ville, avec laquelle elle exécutera le torride mambo de Et Dieu créa la femme. Cette ballerine réalisée en rouge carmin, baptisée « Cendrillon », devient dès lors l'accessoire indispensable des jeunes filles en robes vichy.

repetto 2.jpg

Rose Repetto transférera son atelier-magasin au 22, rue de la Paix à Paris où de nombreux danseurs étoiles de l'Opéra Garnier seront ses clients : Maurice Béjart, Rudolf Noureev, Mikhaïl Barychnikov, Carolyn Carlson, Cyril Atanassoff,... mais aussi les danseurs des Folies Bergère deviennent dès lors ses clients attitrés. Sans oublier bien sûr son fils, Roland Petit et sa belle-fille Zizi Jeanmaire.

Biblio. Merci au site des ateliers Repetto et aux pages Wikipédia sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.