Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

Le navet, un légume d'hiver

Triste, fade, pâle, parfois filandreux, « dur et mal cuisant jusqu’à ce qu’il ait été au froid et à la gelée », peut-on lire dans « Le Ménagier de Paris », célèbre manuscrit d'économie domestique et culinaire du XIVe siècle,  le navet n’a certes pas bonne réputation. Et pourtant…

Navet_100304_art.jpg

Du latin "napus", qui donne en vieux français "nef" puis "naviet", originaire d’Europe ou d’Asie centrale, consommé depuis la très haute antiquité, appartenant à la grande famille des choux, ce légume a donné naissance à de nombreuses variétés, plus ou moins colorées, plus ou moins allongées, cultivées sur tout le territoire français. L’une d’entre-elles est bien normande : le « Blanc-Rond de Jersey » a la peau lisse et une chair tendre à la fois juteuse et sucrée.

« Si le navet et la châtaigne venaient à manquer, disait Rabelais (1494-1553), le pays serait ruiné ! » Au Moyen-âge, il sert à nourrir les animaux mais il fait aussi partie des légumes courants sur la table des plus pauvres. A cette époque, on le pochait d’abord «  à l’eau chaude de char », c’est-à-dire au bouillon de viande, porc, bœuf ou mouton, pour le faire frire ensuite à la poêle.  

navet 2.JPG

C’est à cause de la pomme de terre qu’il va progressivement être délaissé et durant longtemps, il ne va plus guère servir qu’à aromatiser le pot-au-feu dominical. Mais les temps changent... Et, pour l'apprécier comme il se doit, la recette normande que je vous propose aujourd'hui , à vous tous amis gourmands aux babines alléchées, est à la fois simple, rapide et délicieuse. C'est celle de la purée de navets*.

Prévoyez 750 g de navets tendres et 60 g de beurre de Normandie ;

Épluchez les navets, coupez-les en morceaux ; mettez les navets dans une casserole avec très peu d’eau car ils en rendent beaucoup.

Salez un peu, couvrez et faites bouillir. Découvrez. Laissez cuire jusqu’à ce qu’il n’y ait presque plus d’eau. Passez au tamis, remettez en casserole et ajoutez le beurre. C’est tout !...

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Recettes Normandes de nos Grands-Mères » de L. Gildas –Ed CPE 2005

Biblio. « L’histoire à table » d’ A. Castelot –Tallandier 1972 et « Mon dictionnaire de cuisine » d’A. Dumas – Omnia 2009.

Commentaires

Je vous vante pour votre paragraphe. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Je vous vante pour votre critique. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Les commentaires sont fermés.