Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

Le clocher tors de l'église d'Offranville

Située à seulement 6 km au sud de Dieppe, Offranville est une très jolie petite cité normande. Parmi ses nombreux charmes, son église bien sûr, l’église Saint-Ouen, qui date du XVIe siècle mais surtout son clocher qui culmine à 45 mètres et qui a été bâti en 1570. Sa particularité ?  Sa flèche octogonale qui tourne d’un huitième de tour de la gauche vers la droite, régulièrement jusqu’à la pointe.

 

offranville 2.JPG

Le clocher tors d’Offranville (76)

 

La légende raconte que c’est au cours d’une noce, que, désireux d’admirer au plus près la beauté de la jeune mariée, le coq, perché au haut de son clocher, s’est penché, penché, penché… tant et si bien que le clocher s’est tordu !

 

OFFRANVILLE 3.jpg

Qu’ils soient dits flammés, vrillés, hélicoïdaux, tournés, torsadés, torses, tordus, torchés, croocked spires ou tors, on dénombre pas moins de 700 de ces drôles de clochers en Europe.

Doivent-ils leur particularité à « la main divine » ? A l’œuvre de compagnons qui exprimaient ainsi tout leur savoir-faire. Ou bien sont-ils, comme le pensait volontiers l’architecte Violet-Le-Duc (1814-1879) devenus hélicoïdaux à la suite d’un mauvais séchage du bois de construction ? Ou tout simplement par le fait du hasard qui se serait attaqué à la mouvance de leur charpente ?

 

offranville 1.JPG

Croix de saint André dans la charpente

 

Lors de la dernière restauration de la flèche du clocher d’Offranville en 1961, les ouvriers ont constaté que la charpente ne comportait pas de croix de Saint-André, cet assemblage de poutres permettant de contreventer une structure et empêchant tout mouvement de torsion. C’est, selon toute vraisemblance, la raison de la vrille de la flèche de l’église d’Offranville, sous l’effet des intempéries et du travail du bois.

Notre belle province compte deux autres clochers tors : celui des églises d’Angiens et de Bures-en-Bray.

Biblio. et photo (1) « Clochers tors d’Europe » de J-M. Barmès, J-C Clément et J-C Pompée – A.C.T.E. 2003. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.