Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2014

Dans un café... au Musée des Beaux-Arts de Rouen

Parmi les nombreux chefs d’œuvres conservés au Musée des Beaux-Arts de Rouen, il y a cette toile du peintre Gustave Caillebotte (1848-1894) intitulée « Dans un café ».

DANS UN CAFE.jpg

Le tableau a été réalisé en 1880, en pleine IIIe République alors menée par le Jurassien Jules Grévy (1807-1891), notre 4ème Président. Il représente un bourgeois à l'air un peu ahuri, légèrement ivre, à la tenue presque négligée. A ses côtés, sur la table, un verre et quatre soucoupes… restes de sa consommation. Car « C’est un type saisi sur le vif qui appartient bien réellement à notre époque » a affirmé un critique. En cette fin de siècle, dans un Paris métamorphosé par le Baron Haussmann, la révolution urbaine est notamment marquée par la multiplication des cafés dans lesquels on sert volontiers de l’absinthe. Elle représente alors à elle seule 90% des apéritifs consommés… La clientèle apprécie, sans les redouter puisqu’elle les ignore, ses charmes et sa belle couleur verte… Elle ne sera définitivement interdite qu’en 1915.

Place Pigalle.jpg

« Dans un café » … Mais de quel café s’agit-il ? Il semble que ce soit « La Nouvelle Athènes », un établissement aujourd’hui disparu, où l’artiste avait ses habitudes. Avec ses amis impressionnistes ils l’investissaient volontiers pour y parler peinture. Situé 9, place Pigalle, en face du « Rat mort », son principal rival, l’endroit a également servi de cadre à la fameuse « Absinthe » de Degas (1875).

caillebotte.jpeg

Gustave Caillebotte

Peintre de la lumière, Caillebotte maîtrisait le contraste comme peu d’artistes ont su le dompter. Organisateur d’expositions, collectionneur et mécène, il sera l’un des impressionnistes les plus admirés. Reconnu très rapidement aux États-Unis, il  participera plus tard à la naissance du courant réaliste.

 

Biblio. 365 histoires pour épater la galerie de M. Marozeau et M. de Sainte-Croix – Ed. de La Martinière  2012.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Écrire un commentaire