Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2014

Des claques qui se perdent !

 « Place de Brouckère, on voyait l’omnibus

Avec des femmes, des messieurs en gibus »

Extrait de la chanson « Bruxelles » de J. Brel

 

Comme dans « La guerre des boutons », le film d’Yves Robert, il y avait le p’tit Gibus et le Grand Gibus, car les inventeurs du chapeau claque, le Gibus, étaient deux frères originaires de Limoges (Haute-Vienne).

gibus 1.jpeg

Le Gibus est un chapeau haut-de-forme qui s’aplatit comme une galette et se relève à l’aide de ressorts mécaniques. Lorsqu’il est plié, un coup de pouce et hop, le Gibus reprend sa forme !

Alors qu’en ce XIXème siècle, il est de bon ton pour les hommes de s’afficher avec un chapeau le plus haut possible, cette invention va tout simplement solutionner les problèmes de rangement qu’ils engendrent !  

 gibus 2.jpeg

Pour être tout à fait honnête, il faut dire que les premiers essais d’un chapeau repliable avaient eu lieu en Angleterre dès 1824. Mais c’est le Grand Gibus, Antoine Gibus, l’aîné, (1798-1871), Chapelier place des Victoires à Paris, qui va déposer le 23 juillet 1834 le premier brevet pour « un chapeau à forme pliante dans le sens perpendiculaire ».

Cependant, il semble bien que son invention soit celle de son frère, le p’tit Gibus, Gabriel le jeune (1800-1879), lui aussi chapelier dans la capitale. C’est d’ailleurs ce dernier qui installera dès 1853 une importante fabrique de chapeaux à Poissy, dans la région parisienne.

 

gibus 3.jpeg

Premier schéma d’un chapeau mécanique – G. Gibus - 1837

 

Et tous deux, mais aussi avec eux et après eux, leurs proches, car il s’agit bien là d’une famille d’inventeurs, déposeront entre 1837 et 1870 plus de 30 brevets de modification et d’amélioration du célèbre chapeau mécanique.

D’ailleurs, Gabriel ne s’intéressera pas seulement aux chapeaux. Il déposera en 1843 un brevet concernant « un système de couverture de registres, recueils et cahiers quelconques », qui recouvre en fait l’invention du classeur à anneaux...

Biblio. Merci au site de Rémy Bellenger : http://www.bellenger.fr

Commentaires

Je vous approuve pour votre paragraphe. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire