12/01/2014

Le norrois dans le patois normand

 « Pour s’emplli la goule

I faut d’la teurgoule,

I faut d’la falue itou,

Ch’est cha qui fait bère eun coup ! »*

A partir du IXème siècle, les Vikings ayant lancé sur notre pays, essentiellement depuis la Norvège et le Danemark, leurs expéditions guerrières, ont introduit leur langue, le norrois, dans la future Normandie. On en retrouve trace aujourd’hui, dans notre patois local.

Ainsi, le mot scandinave « falr » a donné  la « fale » ou « falle » qui désigne la poitrine ou la gorge. D’où l’expression normande « être tout défalé », c’est-à-dire se promener la gorge à l’air, en décolleté.

fallue.jpeg

Mais ce mot a donné également la « falue », sorte de brioche. D’ailleurs le mot « fallu » est aussi synonyme de ventru ou d’orgueilleux. Quant à  l’expression normande « avei la fale basse », cela veut dire tout simplement être affamé !

norrois 1.JPG

Pour désigner l’appétit, les anciens normands utilisaient volontiers l’expression « Vaut muus l’vei passaer qué d’le nouorri » (vaut mieux le voir passer que de le nourrir). Ou bien encore « Ch’est eun sac à tout grain ! » (C’est un sac à tout grain : il mangerait n’importe quoi !)

De celui qui avale goulûment, ils disaient « Il a eune bouonne avalouère » ou bien « il a l’gosier chaussant ! » et même « I f’rait eune lieue la goule ouverte pour mouogi d’la galette ! »

 

norrois,expressions normandes,patois normand

*Pour s’emplir la goule, il faut de la teurgoule – Il faut de la falue (de la brioche), c’est ça qui fait boire un coup !

Biblio et dessins de Minias issus de« Boujou de Normandie – Dictionnaire humoureux et savoureux » et « Normandises – savoureuses expressions normandes – N°2" – Orep Ed.

« Les Vikings et les Patois de Normandie et îles Anglo-Normandes » de J. Renaud – Orep Ed. 2008

Commentaires

Bonjour,

Très intéressant ! En Gaspésie (région de l'extrême Est du Québec, sur le bord du Golfe St-Laurent), quelques unes de ces expressions sont d'usage, dont « avoir la fale basse ».

J'aime particulièrement l'image de la fin. « À bito » est très utilisé par chez nous (Grande-Vallée, Petite-Vallée, Cloridorme). Toutefois, ici, nous disons « à betôt ». Le I s'est donc fait remplacer par un E.

Au plaisir de vous suivre,

Marc-Antoine Dufresne
Grande-Vallée, Québec

Écrit par : Marc-Antoine | 12/01/2014

Merci pour votre visite sur mon blog et votre commentaire.
Belle journée à vous et cordialement.

Écrit par : Cathy | 13/01/2014

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire