29/12/2013

Belote et re et dix de der !

 « On fait une petite belote
Et puis ça va...
Tout le reste, c'est d'la gnognotte
A côté d'ça
 »

Extrait de la chanson « La belote » de 1924.

 

Y-avait-il un Monsieur Belote ? Et quelle est donc l'origine de ce jeu de cartes, aujourd'hui cité comme le préféré des français ? Eh bien, pour dire vrai, on ne sait pas très bien ...

belote 3.jpg

Pour certains, son nom viendrait de la déformation du terme « bel atout »,  la carte gagnante, dont la sonorité, au fil du temps, aurait évolué.

Pour d’autres, il s’agirait bien du patronyme d’un certain Monsieur F. Bellot, « l’inventeur » ou plutôt « l’adaptateur » de ce jeu en France.

Seule certitude, c'est un jeu de cartes relativement récent. Il aurait été introduit à Paris à la fin du XIXe siècle par des voyageurs de commerce, probablement des diamantaires hollandais. Il s’apparente d’ailleurs à deux autres jeux de cartes européens : le Klaverjassen, très répandu aux Pays-Bas, et le Jass, jeu national suisse.

Belote.jpg

Joueurs de cartes en 1900 (Musée dauphinois)

Et s’il présente également des similitudes avec le Bésigue originaire du Limousin, le valet de trèfle comme atout principal indiquerait quant à lui que ce jeu pourrait avoir également une origine hongroise…

Quoi qu’il en soit, au tout début du XXe siècle, il est de bon ton dans la bourgeoisie française de jouer le dimanche à la « belotte », qu’on orthographie alors avec deux « t ».

Et ce sont les Poilus de la guerre de 14-18 qui vont le vulgariser. En effet, durant la Première Guerre mondiale, les soldats le pratiquent dans les tranchées et ceux qui  reviendront de cet enfer vont continuer à le faire une fois rentrés chez eux. A noter que nos voisins allemands sont aussi de grands fans de la belote !

belote 2.jpg

Marius – La partie de cartes – Pagnol 1930

Trois associations ont été annoncées au Journal Officiel en tant que Fédération française de belote : la première à Dax en 1999, la deuxième à Bastia un an plus tard, et la dernière le 9 avril 2010 à Paris.

Biblio. merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Écrire un commentaire