Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2014

A chacun selon ses mérites…

                                                   « Nobles, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier !

Qu’avez-vous fait pour tant de biens ?

Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus ! »

(Le valet Figaro au sujet de son maître - La Folle Journée par Beaumarchais – 1784)

 

En cette année 1781, au sud du département de la Manche et au cœur du canton de Villedieu-les-Poêles, la paroisse de La Lande d’Airou compte un peu plus de 1100 âmes sur lesquelles est chargé de veiller le père Alexis Pierre Gouïn, curé du village.  

Eglise St-Martin La Lande d'Airou.jpg

L’Eglise Saint-Martin de La Lande d’Airou (Manche)

 

Alors que pour endiguer le déficit public, le roi Louis XVI (1754-1783) ne cesse d’augmenter les taxes et de créer de nouveaux impôts, en mai, Jacques Necker (1732-1804) dénonce dans son « Compte rendu au roi sur les finances de la nation » le poids disproportionné des dépenses ! Il y fait notamment état des pensions exorbitantes accordées aux courtisans ! Partout le mécontentement monte et la colère gronde…   

Le tiers état supportant la noblesse.jpg

Le Tiers Etat supportant la noblesse et le clergé, caricature de 1789

 

Dans le registre paroissial des baptêmes, mariages et sépultures, l’abbé Gouïn, particulièrement soucieux d’étique sociale chrétienne, rappelle ses paroissiens à plus d’humilité. Pour étayer son propos, il fait référence non seulement à un arrêt du parlement de Rouen sur les inhumations dans les cimetières mais aussi à une décision de l’assemblée de sa propre église.  

la lande d airou.JPG

« Arrêt en règlement du parlement de Rouen en datte du 23 juillet présente année 1781, qui ordonne que les sépultures seront faites dans les cimetières à six pieds de profondeur et de suite sans distinction. Il est naturellement équitable que l’ordre de naître étant le même pour le Riche et pour le Pauvre, celui d’être inhumé fut égal pour l’un et pour l’autre.

Il ne falloit rien moins que l’autorité de notre Parlement pour dissiper la vanité de certains gros-coqs de Paroisse qui poussoient leur sot orgueil jusqu’à vouloir se faire choix de la poussière de son tombeau, comme si de toute place nos corps ne pourroient pas attendre en paix la Bienheureuse résurrection. Ce sage règlement a été publié par toute la province, et mis en pratique ici le 23 août à commencer par Anne Trianon enterrée en bas du cimetière à la partie du levant et ainsi de suite.

Dans l’année 1780 mois d’août, fut tenue dans le chœur de cette église une grande et solennelle assemblée (…) Il fut décidé que personne excepté le curé et le Sgn, n’ayant droit de séance distinguée dans l’église, un chacun prendroit la place ou il la trouveroit sur des bans uniformes : pouvoit-on mieux célébrer ici l’anniversaire de cette célèbre délibération, qu’en publiant et en exécutant la Loy qui ordonne que les corps morts seront couchés en terre comme l’acte de sépulture est couché sur le registre… »

 

Biblio. Registre Paroissial de La Lande d’Airou (Manche) – Revue Généalogique Normande n°104 – 4ème trimestre 2007

Commentaires

Je vous complimente pour votre article. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez .

Écrit par : Marion | 12/08/2014

Écrire un commentaire