24/11/2013

Aristide Briand et la Normandie

Je vous ai déjà présenté la petite commune d’Hardencourt-Cocherel, nichée au cœur du département de l’Eure, sur le territoire de laquelle s’est déroulée la terrible bataille de Cocherel, une victoire française qui a permis à Charles V (1338-1380) de se faire sacrer roi de France le 19 mai 1364 (voir ma note du 16 mai 2012).

Mais saviez-vous que c’est parce qu’il aimait particulièrement ce coin champêtre de Normandie, que le nantais Aristide Briand (1862-1932) avait choisi d’y reposer ? Il avait découvert cet eden un jour de chasse. Séduit, il y avait acquis une modeste propriété qu'il va agrandir au fil des années.  

A Briand 3.jpg

Aristide Briand remontant la rue de l'église de Cocherel

(Montage et colorisation de l'illustration Hélène Dumur)

 

Aristide Briand, c’est cet avocat, journaliste et diplomate, « artiste de la politique », cofondateur avec Jaurès du parti socialiste français (1901), qui va se faire rapidement connaître et apprécier des français par ses dons oratoires et sa très forte personnalité. Véritable chef d’orchestre du pouvoir pendant le premier tiers du siècle dernier, il va connaître une carrière longue et extraordinaire : 23 fois ministre dont 17 fois aux Affaires étrangères, 11 fois président du Conseil et Député durant 30 ans !

Nous lui devons, au moins pour partie, la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, loi qu’il saura faire appliquer avec une grande souplesse. 

 

A Briand 2.jpg

Durant la Première Guerre Mondiale, il va se transformer en un chef de guerre des plus efficaces. C’est lui qui est à la tête du gouvernement pendant la bataille de Verdun ! Plus tard, personnage phare des années 1920, le guerrier va se muer en Pèlerin de la paix. Il comprend qu'elle ne naîtra que de la réconciliation franco-allemande. En 1926, il obtient, conjointement avec son homologue allemand Gustav Stresemann, le Prix Nobel de la Paix en reconnaissance de ses efforts pour l’établissement d’une paix durable résultant de négociations librement consenties.

Bien avant Jean Monnet, il lancera l'idée d'États-Unis d'Europe et d'union fédérale européenne,   prémices de l’aventure européenne. Il s’emploie dès lors à convaincre les nations que c’est là le fondement de leur avenir et de leur prospérité.

Battu par Paul Doumer à l'élection présidentielle de 1931, il se retire de la vie politique et c’est plein d’amertume qu’il s’éteint le 7 mars 1932 à Paris d’un accident cardiaque. Il a 69 ans. La crise économique va renverser en quelques mois l’édifice qu’il avait patiemment contribué à construire. Le second conflit militaire mondial est en marche…   

A Briand 4.jpg

A Hardencourt-Cocherel, a été érigée en 1934 sa statue en bronze, œuvre du sculpteur Emile Oscar Guillaume (1867-1942).

 

Merci notamment au site http://www.houlbec-cocherel.fr

Écrire un commentaire