Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2013

L’aviron : un sport aux racines normandes

Saviez-vous que l’aviron doit beaucoup à la Normandie ? Bien sûr, se déplacer sur l’eau a été l’un des premiers soucis de l’homme et sous l’Antiquité déjà, Egyptiens, Grecs et Romains  avançaient en se servant de rames.   

Aviron 1.jpg

La flotte normande, tapisserie de la Reine Mathilde, Bayeux – XIe siècle

 

Ce sont encore elles que l’on retrouve plus près de nous, équipant des navires de guerre, comme bien sûr les drakkars normands mais aussi les dromons byzantins, et bien sûr plus tard les galères qui avanceront souvent de façon mixte, avec des rames mais aussi à l’aide de voiles. D’autres corporations rameront « professionnellement » comme les passeurs de rivière, mais aussi les pêcheurs dont les Terre-Neuvas et tous les autres mariniers.

Mais l’aviron, en tant que sport de loisir, va apparaître en Europe, dès le début du XVIIIe siècle, d’abord à Venise puis en Grande-Bretagne.

En France, c’est à partir de 1823 que les charpentiers de la marine marchande française vont  construire en bois de chêne les premiers canots, ces petites embarcations de plaisance qui vont décorer la Seine entre Le Havre et Paris.

Dix ans plus tard, le canotage est devenu l’un des premiers loisirs populaires mais aussi un des premiers sports mécaniques et athlétiques. Inspiré du rowing, l’aviron anglais, la discipline va se structurer rapidement et les premières courses nautiques en canots à rame vont se dérouler à Paris dès 1834.  

Aviron 3.jpg

Et la Normandie dans tout cela me direz-vous ? Et bien, c’est seulement quatre ans plus tard, en 1838, qu’un groupe d’amateurs passionnés crée la « Société des Régates du Havre », doyenne des sociétés françaises de sport nautique ! Celle de Rouen suivra rapidement alors qu’il faudra atteindre 1853 pour celle de Paris.

Ces sociétés mettent en place des fêtes nautiques comme les courses à virages qui se pratiquent en mer ou en rivière et qui sont des spectacles extrêmement populaires. Nos peintres impressionnistes comme Monet, Sisley, Renoir ou Caillebotte vont immortaliser avec le talent qu’on leur connaît ce nouveau fait de société. 

Aviron 2.jpg

 

Pierre-Auguste Renoir, La Seine à Asnières dit La yole, vers 1879

 

Désormais les embarcations, canots, yoles, skiffs, … sont fabriquées avec  toutes espèces de bois ou de matière.

En 1896, porté par la Fédération Internationale des Société d’Aviron (FISA), l’aviron fait son entrée officielle aux Premiers Jeux Olympiques d’Athènes de 1896. Hélas, en raison de conditions climatiques désastreuses, l’épreuve est annulée. Mais la partie n’est que remise : quatre ans plus tard, en 1900, à Paris, la France sera la plus médaillée de ce sport : 6 médailles sur les 15 attribuées dont 2 en or ! Quand à l’aviron féminin, il n’entrera dans les Jeux qu’en 1976 !

 

Biblio. Merci au site wwwavironfrance.asso.fr  

Écrire un commentaire