Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2013

L’Alexandrin d’Alexandre

Ce normand là a laissé dans l’Histoire, directement ou indirectement, non pas son nom mais son prénom.

Il est né vers l’an 1150 à Bernay, cette jolie cité du département de l’Eure à la limite du pays d’Ouche et du Lieuvin, où coule la Charentonne.

A l’époque où « on faisait bien dix grandes lieues, voire quinze, sans rencontrer bourg, château ou ville où trouver un gîte !* », Alexandre de Bernay, notre poète qui sera également appelé Alexandre de Paris car il y demeurera  un temps, s’est fait connaître pour avoir repris de pair avec Thomas de Kent,  l’œuvre commencée par Lambert-Li-Cors, « Li Romans d’Alixandre ». 

Alexandre de Bernay.jpg

Ce « Roman d’Alexandre » est l’un des livres les plus répandus au Moyen-âge. Il s’agit d’un recueil de légendes, compilation de poèmes, narrant les exploits d’Alexandre le Grand (356 av. J-C. – 323 av. J-C.), roi de Macédoine et l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.   

alexandre le grand.jpg

Alexandre Le Grand

 

C’est dans ce poème épique, comprenant pas moins de 17952 vers, que notre trouvère normand va introduire pour la première fois, dans ce qui est déjà la langue française, le grand vers de douze syllabes: le dodécasyllabe qu’on appellera plus tard l’alexandrin. Ce vers composé est formé le plus souvent de deux hémistiches ou sous-vers de six pieds chacun qui s’articulent à la césure.   

alexandrin.jpg

Que le nom d’Alexandrin soit une référence au héros du livre ou à son auteur,  peu importe ! Tout en donnant au Roman d’Alexandre sa forme définitive, notre trouvère normand a fait cadeau à notre littérature d’un magnifique outil d’écriture qui va servir avantageusement la tragédie et que notre grand Corneille saura merveilleusement utiliser !

 

Cette obscure clarté // qui tombe des étoiles (le Cid – IV, 3)

 

 

* Moniage Guillaume, d’après une geste de la fin du XIIe siècle.

 Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet. 

Commentaires

Je vous complimente pour votre critique. c'est un vrai charge d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire