Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Le hareng de canot

Frais ou fumé, novembre est sans conteste le mois du hareng en Normandie ! Dans son dictionnaire de cuisine, Alexandre Dumas (1802-1870) écrivait que « la plus belle et la meilleure espèce de harengs frais qu’on mange à Paris est celle qui nous arrive des côtes de Normandie ». 

peche au hareng.jpg

Le hareng est principalement pêché en Haute-Normandie, soit en haute mer, le hareng de chalut, soit au bord des côtes, le hareng de canot. Celui-ci est le fruit du travail de pêcheurs en barques ou en canots qui tendent le soir venu leurs sennes, ces filets dérivants qu’ils ne relèvent qu’au petit matin. Les harengs de canot sont souvent de bien meilleure qualité que leurs cousins les harengs de chalut. Frais et raides, ils brillent de toutes leurs écailles d’argent sur nos criées et autres marchés aux poissons.

La pleine saison de la pêche côtière du hareng se situe à l’entrée de l’automne, en octobre et novembre.

Passé le 8 décembre, la « marée de la Vierge », les harengs sont « guais », c’est-à-dire qu’ayant frayé, ils ont perdu laites et rogues et sont, pour certains, moins succulents. 

criee de dieppe.jpg

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette simple et délicieuse des harengs de canots grillés*. 

harengs grillés.jpg

Etêtez, videz et écaillez les harengs. Conservez la rogue et la laite qui sont appréciées par certains. Les ciseler légèrement de trois coups de couteau de chaque côté pour faciliter la cuisson.

Prendre un gril spécial, double et rond qui emprisonne le poisson et que l’on peut retourner.

Faire chauffer le gril pour que les poissons ne collent pas. Mettre les harengs sur le gril et le poser sur des braises ardentes. Les retourner une fois.

Servir avec de la moutarde ou avec un morceau de beurre pétri avec sel, poivre, persil haché et jus de citron.

On peut les accompagner de pommes de terres cuites avec leur peau.

Bon appétit !

 

Recette extraite du livre de F. Auger « Bonnes recettes d’une famille cauchoise » - Ed. Bertout 2002.

 

Commentaires

Je vous applaudis pour votre article. c'est un vrai travail d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.