Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2013

Des Petite Filles modèles bien normandes !

Elle n’est pas née en Normandie mais en Russie, à Saint-Pétersbourg, le 19 juillet 1799. Quand elle arrive en France avec sa famille en 1817, elle parle cinq langues, est parfaitement francophone et se convertit au catholicisme. Riche aristocrate, elle épouse deux ans plus tard un officier de cavalerie, le bel Eugène de Ségur (1798-1869) qui lui donnera « plus d’enfants que de motifs de satisfaction… » 

Contesse de segur.jpg

Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur

 

C’est en 1821 que Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur, s’installe dans sa propriété de Nouettes, située en Normandie, à Aube, à sept kilomètres environ de l’Aigle, sur la route de Paris à Cherbourg, au cœur du Pays d’Ouche, dans le département de l’Orne.

Il s’agit d'un vaste domaine de plus de 72 hectares, dont les bouleaux du parc lui rappellent sa terre natale. Cette demeure sera son refuge durant plus de cinquante ans ! Elle va y passer les plus beaux moments de son existence. C’est là qu’elle mettra au monde cinq de ses huit enfants, les y élèvera tous et c’est là aussi qu’elle recevra plus tard ses nombreux petits enfants qu’elle appelle « ses amourets ».  

Contesse de segur les nouettes.jpg

Et c’est pour ces derniers, en 1856, qu’à cinquante-sept ans, elle fera son entrée dans le monde de la littérature. Elle publiera 17 livres à succès qui seront les fleurons de la « Bibliothèque rose » des Editions Hachette.

Les Nouettes, Aube et la Normandie  y ont une place de première importance. « Le pays, écrit-elle, était charmant. La vallée de l’Aigle est connue par son aspect animé, vert et riant, le village d’Aube est sur la grand’route ». 

contesse de segur Dourakine.jpg

Ainsi Calichon commence à l’Aigle ses « Mémoires d’un âne » et c’est à Bagnoles-de-l’Orne que le général Dourakine se soigne...

Son premier livre, « Les Nouveaux Contes de fées » n’est autre qu’un recueil des comtes qu’elle raconte à ses petits-enfants. Le succès de cet ouvrage l’encourage à écrire les suivants,  un pour chacun de ses petits-enfants. C’est ainsi que vont paraître « Les malheurs de Sophie », « Les Petites Filles modèles », « Un bon petit diable », « Jean qui grogne et Jean qui rit »,…

Elle se sépare des Nouettes en 1872 et se retire à Paris où elle décède le 9 février 1874.

 

Biblio. "Histoire de la Normandie" de R. Jouet et C. Quétel - Larousse - 2005. 

 

Commentaires

Ah merci pour cet article délicieux ! Que ne ferait-on pas pour nos amourets !
Ta Dame des Nouettes a peut-être rencontré ma Dame de la Cataudière ?
Amitiés !

Écrit par : Lulu Sorcière | 13/10/2013

Merci Gloria pour cette visite sur mon blog. Quant à nos "dames" respectives, elles font toutes deux honneur à notre sexe et méritaient bien à ce titre qu'on parle d'elles !
Amitiés et à bientôt.

Écrit par : Cathy | 15/10/2013

Je vous complimente pour votre critique. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire