Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2013

Les tripes en brochettes à la mode de La Ferté-Macé

 « Les tripes ailleurs connues / sont menues /

On les aime à La Ferté / En gentils paquets roulées / Affublées / D'une billette au côté. »

(Wilfrid Challemel, poète natif de la Ferté-Macé – 1928))

 

Les tripes sont affaires de normands, mais savez-vous qu’à La Ferté-Macé, au cœur du Pays d’Andaine, dans le département normand de l’Orne, et seulement là, on les sert en brochette ?

Tripes brochette.jpg

 

Selon la légende, on doit cette spécialité fertoise à un couple de bûcherons nommés Césarine et Zidor qui furent chassés de leur forêt par des loups. Quand ils arrivèrent affamés à La Ferté-Macé,  un boucher leur donna les « tripailles » d’une bête qu’il venait de tuer. « On mange bien la piau des saucisses et du boudin. Va laver ça au ruisseau, et surtout, frotte bien ! » dit Césarine à Zidor.

Les tripes finirent dans une marmite avec naturellement, on est en Normandie, du beurre et un « brin de goutte » !

Le plat se révéla si délicieux que le couple finit par le servir régulièrement aux clients du restaurant qu’ils finirent par ouvrir. Sur leur carte, un seul plat et un seul prix ! Seulement, c’était si bon que les plus gros mangeurs ne laissaient pas grand-chose aux autres. Alors, pour remédier au problème, Zidor eut une idée de génie : « on fra des paquets. »

C'est ainsi que, afin de distribuer des parts égales, les tripes furent embrochées par un petit bout de bois bien effilé. Et un marchand de passage de demander à Zidor : « Au juste quèque tu nous fais manger là ? » Zidor répondit fièrement : « Ça mon gars, c'est des tripes en brochettes à la mode de la Ferté-Macé. »  

Tripe brochette ferté macé.jpg

La brochette de tripes de la Ferté-Macé est, aujourd’hui comme autrefois, cuite au four, sans aucun légume, dans une grande terrine en grés appelée « pote ». 

tripes_en_brochette_min.jpg

Traditionnellement dégustée en milieu de matinée, elle s’invite désormais à toutes les tables, au déjeuner comme au dîner, accompagnée de pommes de terre cuites à la vapeur et d’un cidre brut de Normandie. Egalement  délicieuse poêlée à la moutarde, elle se marie aussi harmonieusement avec les fruits de mer et différents poissons.

 

Et comme d'habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette de ce plat traditionnel normand*. Prévoir un pot en terre cuite de 40 cm de diamètre et de 15 à 18 cm de hauteur, muni d'un couvercle.

Pour préparer 3 à 4 kg de tripes, faire tremper plusieurs heures dans un grand récipient d'eau froide. Nettoyer très soigneusement. Couper en morceaux de 3 à 4 cm environ. Emincer de 800 à 1 kg d'oignons. Faire fondre à feu très doux dans la tripière une demi-livre de beurre. Déposer les tripes, oignons, un bouquet garni, sel, poivre et 9 à 10 cl de Calvados plus un bon verre d'eau. Faire cuire à feu très doux de 6 à 8 h. Servir très chaud accompagné de pommes de terre cuite à la vapeur.

Bon appétit !

 

 

 * Recette extraite du livre "Les recettes Normandes de Tante Jeanne" de M. Nouet - Ed. Ouest-France - 1995.

Biblio. « Normandie, Secrets de Normands » de R. Grimaud – Prat Editions 2012.

Merci au site normandie-heritage.com et maisondelatripe.free.fr

Les commentaires sont fermés.