Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2013

Le chou-fleur du Val-de-Saire

Savez-vous que grâce à la douceur d’un climat caractérisé par une extrême douceur des hivers, une pluviométrie faible et un ensoleillement important et la présence d’engrais naturels que sont les varechs, la région littorale du Val de Saire, au cœur du pays de Cotentin, est réputée pour sa culture maraîchère et notamment la production d’un généreux chou fleur normand.

Val de saire.jpg

A Barfleur, la plus petite commune du département de la Manche, celle d’où Guillaume le Conquérant embarqua pour l'Angleterre en 1066, se tient d’ailleurs un marché des plus réputés totalement dédié à ce légume.

Originaire du Proche-Orient et déjà récolté il y a plus de 2 000 ans, il était très apprécié dans l’Antiquité. Les Egyptiens le cultivaient déjà 400 ans avant notre ère. Puis, au fil des siècles, il est tombé dans l’oubli jusqu’à ce que les italiens l’introduisent chez nous.

C’est le créateur du potager du roi Louis XVI, Jean Baptiste de La Quintinie (1626-1688), qui va le remettre à la mode. Mais c’est surtout au roi Louis XV qu’il doit sa notoriété. Le souverain en était si friand que ses cuisiniers vont mettre au point à son attention une préparation spéciale qu’ils vont dédiée à sa favorite Jeanne  Du Barry (1743-1793), une recette exquise de soupe veloutée au chou-fleur qui porte donc le nom de la belle, le potage Du Barry. 

culture du chou fleur.jpg

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette normande simple et traditionnelle du Chou-fleur Val-de-Saire*.

chou fleur du val de saire.jpg

Il vous faut un beau chou-fleur, 2 à 3 œufs durs, 200 à 300 grammes de jambon coupé en dés, 1 dl de crème fraîche et du beurre.

Cuire le chou-leur à l’eau bouillante salée. Ensuite, le mettre dans un plat à feu beurré. Disposer par bouquets en y mélangeant les dés de jambon. Garnir avec les œufs durs coupés en deux ou en quatre. Arroser avec la crème. Ajouter quelques noisettes de beurre. Passer au four. Servir dans le plat de cuisson.

Bon appétit !

* Recette issue du livre de S. Morand « Gastronomie normande d’hier et d’aujourd’hui » - Flammarion 1970. 

Commentaires

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez .

Écrit par : cliquez ici | 12/08/2014

Les commentaires sont fermés.