Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2013

L’arbre normand de l’existentialisme

Savez-vous que c’est chez nous, en Normandie, que Jean-Paul Sartre (1905-1980) aurait « découvert » l’arbre de l’existentialisme, cette théorie qui veut que « l'existence précède l'essence », que l'homme vient au monde sans but et ne cesse de changer, de par ses actes, jusqu'à sa mort, où son essence se fige ?

Normalien et agrégé, il a 26 ans quand, en mars 1931, après son service militaire, il est nommé professeur de philosophie au lycée de garçons du Havre, aujourd’hui le Lycée François Ier.

Peu conformiste, ses manières comme son attitude choquent autant les autres enseignants que les parents. Mais, parce qu’il affronte certains de ses élèves sur les rings de boxe, les autorise à fumer en classe et y fait régner une atmosphère décontractée peu en vogue à cette époque, il va séduire cinq générations d’adolescents !

sartre au havre.jpg

 

Sartre et ses élèves au Lycée du Havre

 

C’est en partie au Havre, aux terrasses du Café de la Grande Poste ou au Guillaume Tell  qu’il rédige son premier roman, publié en 1938 chez Gallimard, « la Nausée », roman  philosophique, quelque peu autobiographique, qui raconte les tourments existentiels d’Antoine Roquentin, son « double », jeune célibataire de 35 ans, historien à ses heures, qui vit au Havre, rebaptisé « Bouville ». 

square saint roch.jpg

 Square Saint-Roch – le Havre

 

Un jour d’octobre 1931, le philosophe pousse la grille de l’un des endroits les plus paisibles de la ville, un espace de verdure particulièrement agréable, le square Saint-Roch. Il s’assied sur une chaise, et se met à contempler un arbre : « Il était très beau et je n’ai pas crainte de mettre ici ces deux renseignements spéciaux pour ma biographie : c’est à Burgos que j’ai compris ce qu’était une cathédrale et au Havre ce que c’était qu’un arbre. Malheureusement, je ne sais pas trop quel arbre c'était.»   

la nausee.jpg

 

Car, non seulement l’homme déteste la nature, mais il n'y connaît rien. Alors, il raconte son aventure à son amie Simone de Beauvoir (1908-1986) et lui décrit l’arbre en le dessinant.  Au vu du dessin, elle conclut à tort qu’il s’agit d’un marronnier. Car, il n'y a aucun marronnier dans le Square Saint-Roch !  Et c’est néanmoins cet arbre qui deviendra l'arbre de l'existentialisme !

 

«J'étais la racine de marronnier. Ou plutôt j'étais tout entier conscience de son existence. Encore détaché d'elle ­ puisque j'en avais conscience­ et pourtant perdu en elle, rien d'autre qu'elle. Une conscience mal à l'aise et qui pourtant se laissait aller de tout son poids, en porte-à-faux, sur ce morceau de bois inerte.*»

 

 

* Extrait de « La Nausée »

Biblio. "Le Havre - itinéraires insolites" d'I. Letélié - Ysec Editions 2011.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

Les commentaires sont fermés.