23/06/2013

Centième édition du tour de France !

Le Tour de France 2013, centième édition de la « grande boucle », prendra samedi prochain, 29 juin, son départ de Porto-Vecchio en Corse.  

Cette compétition cycliste par étapes, créée en 1903 par Henri Desgrange et le journal L'Auto est considérée comme la plus prestigieuse épreuve cycliste du monde voire, d'après son actuel organisateur, Christian Prudhomme,  la plus grande compétition sportive mondiale annuelle.

Comment à cette occasion ne pas évoquer la première édition de ce tour ?  Celle de 1903.  

tour de France 1903.jpg

  Carte de la course de 1903

 

Tout a commencé par une belle journée d’été. Un 1er juillet. A 15h16, à Montgeron, petite commune située à 17 km au sud de la capitale, devant le café « Le réveil matin », 60 des 79 coureurs initialement engagés, sont alignés, attendant fébrilement le signal de départ. C'est qu'ils vont devoir parcourir 2 428 km en 6 longues étapes avec seulement deux à quatre jours de repos entre chaque étape ! Car l’arrivée est prévue à Paris le 19 juillet.

A  l’abaissement du drapeau, chacun s’élance sur son engin. Cette première étape doit les amener à Lyon, soit 467 km de routes peu carrossables et très poussiéreuses. Seuls les « cracks » sont habillés d’un collant noir et d’un veston blanc. Les autres sont vêtus de ce qu’ils ont, c'est à dire un peu n'importe comment... Et que dire des machines rudimentaires qu’ils ont enfourchées ? Non seulement, elles ne sont pas équipées de changements de vitesses, ça n’existe pas encore, mais elles pèsent jusqu’à 15 kilos pour certaines ! Au fil des kilomètres, des heures de courses, de la fatigue, des chutes,… les abandons vont se succéder. Seuls 21 concurrents franchiront au final  la ligne d’arrivée, c’est dire ! 

TOUR 1903.jpg

Le tour de France de 1903

 

Mais revenons à notre première étape ! C’est Maurice Garin (1871-1957), porteur du brassard n°1, courant pour la marque de cycles « La Française-Diamant », qui la remporte en franchissant la ligne d’arrivée au bout de 17 heures 45 minutes et 44 secondes d’efforts.  

maurice Garin.jpg

                                                         Maurice Garin, vainqueur du tour 1903

 

Si l’homme est de petite taille, 1m62 pour 61 kilos, il a la réputation d’être à la fois courageux et des plus hargneux. Pouvant rouler deux cent kilomètres sans boire ni manger, surnommé « le bouledogue blanc », il est le grand favori de ce tour. Et c’est d'ailleurs lui qui remportera la victoire en arrivant à Paris, sur le vélodrome du Parc des Princes,  le 19  juillet,  avec 2h49 d’avance sur son second, Lucien Pothier, un record non égalé encore aujourd’hui !

 

TOUR DE FRANCE TIMBRES.jpg

Et la Normandie dans tout cela me direz-vous ? La route du tour n'y passera qu’à partir de 1905. Et pendant 5 ans, jusqu’en 1910, la ville de Caen sera systématiquement la dernière ville étape avant Paris. Quant à la participation de coureurs normands, il faudra attendre le tour de 1906 ! Mais nous aurons un peu plus tard le plus grand des champions, Jacques Anquetil !

 

Biblio. Merci aux nombreux articles publiés sur ce thème et notamment sur Wikipédia.

Commentaires

Je vous vante pour votre paragraphe. c'est un vrai charge d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire