Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2015

Paris-Rouen, le premier concours de voitures sans chevaux

Le saviez-vous, notre belle ville de Rouen accueillit le dimanche 22 juillet 1894 les concurrents de la première épreuve de l’histoire de l’automobile !

Organisé à l’initiative d’un normand, Pierre Giffard (1853-1922), journaliste au Petit-Journal, principal quotidien français de l'époque, ce premier « concours de voitures sans chevaux », doté d’un prix de 10 000 francs, propose aux premiers tacots « sans danger, aisément maniables pour les voyageurs et ne coûtant pas trop cher sur la route » de rallier sur une journée Paris à Rouen, soit un parcours de 126 km sur des voies plus ou moins carrossables…  

Course Paris Rouen.jpg

Le premier concours de voitures sans chevaux - Paris-Rouen - 1894 

 

L’automobile est née dans les années 1880. Plusieurs modes de traction s’affrontent alors : vapeur, essence, électricité. L’enjeu de cette course d’endurance est à la fois technique et commercial.  Y participer confère au pilote comme au constructeur un indéniable prestige

Pour être autorisés à concourir, les 102 engagés, au volant de prototypes plus ou moins aboutis et faisant appel aux énergies motrices les plus disparates, des voitures actionnées " par gravité " et notamment par le " poids des passagers " mais aussi des voitures " hydrauliques ", des voitures à air comprimé ou équipées de  systèmes à leviers, automatique, pendulaire, à pédales, des systèmes électriques ou semi–électriques ou encore à gaz haute pression, etc., doivent au préalable effectuer un parcours de sélection de 50 km en moins de 3 heures. Seulement 21 concurrents, majoritairement des français, 7 en voitures à vapeur et 14 à pétrole, vont y parvenir et prendront le départ. Parmi eux,  se trouve les grands noms de l’automobile : De Dion-Bouton, Panhard, Peugeot, Benz, etc… 

Traversée Mantes.jpg

Traversée de Mantes par les concurrents du premier Paris-Rouen automobile

Le programme prévoit un départ de Paris, Porte Maillot à 8 heures, « une pause déjeuner » d’une heure trente à Mantes, afin de laisser refroidir les machines, et une arrivée à Rouen en fin d’après-midi.  Le Comte Jules-Albert de Dion (1856-1946) prend immédiatement la tête de la course à bord de son tracteur à vapeur remorquant une lourde calèche. Bien que suivi par les Peugeot et Panhard-Levassor, il franchira la ligne d’arrivée en premier, applaudit par une foule enthousiaste, après un voyage de 6h et 48 minutes.  

De Dion.jpg

Arrivée à Rouen du Comte De Dion au volant de son tracteur à vapeur remorquant une calèche

Toutefois, le jury jugeant son véhicule peu maniable et surtout très dangereux, ne le classera pas officiellement. La victoire sera attribuée à Albert Lemaître, arrivé deuxième, au volant de sa Peugeot.

 

Albert Lemaître.jpg

 Albert Lemaître, le vainqueur, au volant de sa Peugeot.

 

 

Biblio. Merci au site http://www.cc-organisation.com et aux pages wikipédia sur le sujet.

 

Les commentaires sont fermés.