Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2013

Voilà ce que je laisse à la postérité de nos malheurs…

En ce début de l’an de grâce 1726, Pierre Roussel, curé de la petite paroisse de Beuzeville, située sur le plateau du Lieuvin à l’extrémité nord-ouest du département actuel de l’Eure prend sa plume. 

Beuzeville plan.jpg

 

Dans son église, dédiée à Saint-Hélier, le moine ermite de l’île à laquelle il donna son nom,  il s’apprête à ouvrir une nouvelle page du registre paroissial.

 Eglise de Beuzeville.jpg

 

 

Sur une page blanche, il écrit en haut et à gauche « Beuzeville » suivi, au centre, de « 1726 ». Songeur, il se demande si cette nouvelle année sera meilleure pour ses paroissiens et paroissiennes, les sujets de sa majesté le roi Louis XV (1710-1774), que celle qui vient de s’achever et il écrit…

 

Beuzeville.jpg

« Cette année 1725 (l’une) des plus tristes que l’on ai jamais vue. Le blé, qui depuis le commencement de l’année n’a point toujours valu 25 et 30 livres à la pentecôte monte d’un marché à l’autre jusque a 45 et enfin deux autres marchés jusque a 90 livres et ce qui fut encore plus triste est que l’on en pouvait pas trouver pour de l’argent et les bourgeois étaient obligés de sortir des villes pour aller à v… en chercher dans les campagnes ; les pauvres périssaient de faim. Les boulangers ne cuisaient plus faute de trouver du bled. On fit défense de cuire du pain blanc et tout le monde fut réduit au gros pain. Pour surcroît de maux (la moisson) d’août ne put être faite qu’au mois de septembre à cause de la pluie continuelle qui tomba sans un seul jour d’intervalle depuis le commencement d’avril jusqu’au mois de janvier, ce qui causa quantité d’inondations. Puis il y eut encore quantité de grosses tempêtes qui déracinèrent beaucoup d’arbres. On mit le blé tout humide dans les granges. La plupart y pourri et il fallu jusqu’à Noël le faire sécher au four pour le faire moudre. Enfin on éprouvé pendant cette année toutes les calamités qu’on peut éprouver excepté qu’il y eu point de maladie. Voilà ce que je laisse à la postérité de nos malheurs.* »

Beuzevillaises.jpg

 

  

 

* Extrait du Registre paroissial de Beuzeville.

Les commentaires sont fermés.