Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2013

Le "petit coin" de l'Empereur

L’Empereur Vespasien, Flavius Titus Vespasianus, laissa le souvenir d'un souverain remarquable d’humanité et de sagesse. Né près de Rieti en Italie en l’an 9 après Jésus-Christ, il règne de l’an 69 à  l’an 79, en s’attachant à rétablir l’ordre et la discipline dans son empire. Bâtisseur, on lui doit notamment le Colisée, le Forum et la Bibliothèque de la Paix. Homme de caractère et de rigueur, il va apporter la même énergie à réorganiser les finances de son empire. Et comme tous les chefs d'Etat, pour trouver de l'argent frais, il crée des taxes et des impôts nouveaux.

 

Vespasien.jpg

En décidant de règlementer sévèrement l’utilisation des latrines publiques, interdisant ainsi un laisser-aller bien naturel, il fait d’une pierre deux coups.  Non seulement il installe des urinoirs à Rome, mais il crée aussi une taxe sur la collecte des urines. A l’époque, celle-ci est utilisée par les teinturiers pour préparer les étoffes avant de les mettre en couleur. Bien sûr, les romains se moquent ! Mais à ceux-ci, il répond : « Pecunia non olet », c’est-à-dire  « l’argent n’a pas d’odeur » !

Au royaume de France, c’est seulement vers 1770 que le lieutenant général de la police parisienne, Antoine de Sartine (1729-1801), prend la décision de faire « disposer des barils d’aisance » à tous les coins de rue de la capitale. Quelques années plus tard, en 1834, le préfet de la Seine, le comte Claude-Philibert Barthelot de Rambuteau (1781-1869) les fait remplacer par des édicules construits sur la voie publique. Et c’est pour éviter le surnom que les parisiens leur donnent naturellement, « les colonnes Rambuteau », que le préfet va choisir de les baptiser « colonne vespasienne » en référence à l’Empereur Romain. 

Colonne Rambuteau 1865.jpg

 Colonne Rambuteau - 1865

 

En 1980, les vespasiennes feront  place aux sanisettes. Cette fois, elles vont être adaptées à un usage féminin.

 

 vespasienne parisienne.jpg

L'une des dernières vespasiennes de la Capitale

 

 

Biblio. « Etonnantes histoires de France et de Navarre » de D. Appriou – Larousse 2013

« Petit dictionnaire des mots qui ont une histoire » de G. Henry – Tallandier 2012

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.