Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2013

Une partie de dominos ?

Probablement originaire de Chine, arrivé en Italie au XVIIIe siècle et en France à partir de 1785, on ne sait pas grand-chose en vérité sur le jeu de domino pourtant si populaire au siècle dernier en Normandie. Certains racontent que le plus vieux jeu de domino connu aurait été trouvé dans la tombe de Toutankhamon en Egypte, d’autres affirment que les premiers dominos seraient l’œuvre de marins…   

dominos 1.jpg

Ce qui est sûr c’est que « le jeu de dominos est le véritable jeu des Normands, celui qui convient le mieux à leur caractère, à leurs habitudes et à leur patience proverbiale. Ne met-il pas en avant toutes leurs qualités et toutes leurs vertus natives ? La mémoire, pour se rappeler tous les dès abattus, pour les évoquer immédiatement, et pour se rendre compte du fort et du faible de l’adversaire ; l’attention soutenue, la méditation réfléchie, la perspicacité avisée ; la psychologie du partenaire, la décision prompte et sûre.* »

 DOMINOS 2.jpg

 

Le mot « domino » proviendrait de la similitude entre les pièces du jeu (recto blanc, verso noir) et l’habit des religieux dominicains, lequel est blanc, mais peut être recouvert d’une cape noire servant de manteau.  Les premiers jeux sont fabriqués en bois, en nacre ou en os animal.

Au XIXe siècle, partout en Normandie, on « taquine l’os » avec entrain. Chaque « joueux de dominos » a sa propre expression pour désigner les dés : le gros papa, le gros père pour le double-six, la patrouille, quatre hommes et un caporal pour le cinq, la blanchisseuse ou blanchinette pour le double blanc… On joue à deux, trois dominotiers, quelquefois des parties carrées, sans pêche, pioche, talon ou cuisine, chez soi ou au café, à la veillée et pendant les après-midi dominicales.

 dominos 3.jpg

 

 "Pour d'ir que j'gagne, j'gagne point, pour d'ir que j'perds, j'perds point". Paroles de normands !

 

Et il paraît même qu’au cœur du pays de Caux, à Yvetôt, la mare est pavée de double-six jetés par les joueurs, heureux de se débarrasser de dés encombrants…

Il y eut même une fabrique de dominos à Etrépagny, au cœur du département de l’Eure !

Pour "faire domino", terminer la partie, ces vers écrits en 1844 par Louis Jousserandot (1813-1887) en hommage à un fameux dominotier, le sculpteur Dantan jeune (1800-1869) :

 

« Je chante dans mes vers ces joueurs valeureux

Qui, par leurs longs efforts, leurs calculs glorieux

Emules des savants dont s’honore la France,

Du jeu de dominos, firent une science. »

 

* « Le jeu de dominos en Normandie » de G. Dubosc - Chroniques du Journal de Rouen du 19.10.1924 .

Biblio. Merci aux pages Wikipédia  sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.