Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2013

La star normande du Salon...

... c’est Aronde, une vache seinomarine âgée de 7 ans et pesant 800 kg, qui représente cette année la gent bovine au Salon International de l’Agriculture de Paris.  

aronde au salon.jpg

Saviez-vous que le premier « Herd-book bovin », sorte de livre généalogique permettant de connaître les ancêtres d’un animal et son pedigree, a été créé en 1883 pour la race Normande ?

Car c’est l’une des plus vieilles races bovines françaises ! Certains soupçonnent même qu’elle ait été introduite chez nous par les Vikings au IXe et Xe siècle ! Si rien n’est cependant prouvé, une chose est sûre : elle est née du mélange des trois races de ruminants du cru, la Cauchoise, l’Augeronne et la Cotentine, qui broutaient les prairies de notre belle province depuis bien longtemps. Au Moyen-âge, le chroniqueur de l’époque médiévale Jehan Froissart parle déjà « des grands bœufs du Cotentin ». Et plus tard, en 1718, un acte de vente d’un marchand de bestiaux décrit des bêtes « sous robe rouge ou bringée »…

 

Aronde.jpg

 

Car la vache normande se caractérise par sa robe à trois couleurs, le blanc ou caillé, le marron ou blond et le presque noir ou bringé qui s’accorde à merveille à nos vertes prairies plantées de pommiers. Une silhouette élégante, paisible et noble, une tête blanche avec des lunettes autour des yeux, font d’elle le symbole vivant de notre contrée. Car si la France a son coq gaulois, la Normandie a sa vache !

Elle a en outre la réputation de produire à la fois une viande de qualité et un lait particulièrement bien adapté à la transformation fromagère. D’ailleurs, bien des laitiers (Normands !) vous le diront : « rien n’est plus savoureux qu’un produit laitier au lait de vache normande… ».

 

recette.jpg

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici une recette simple, facile et goûteuse, issue du terroir bas-normand, celle des Biftecks aux oignons*.

Prévoir pour 6 biftecks, une « mincée d’oignons » suffisante pour recouvrir le tout et 1 filet de vinaigre de cidre.

Cuire doucement à la poêle et au beurre la  « mincée d’oignons » en la faisant blondir. Saisir les biftecks dans une autre poêle. Les déposer dans un plat chaud beurré. Saler, poivrer assez fort. Recouvrir avec les oignons. Verser le vinaigre dans la poêle. Recouvrir la viande avec la sauce. Servir avec des frites croustillantes.

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Gastronomie normande d’hier et d’aujourd’hui » de S. Morand – Ed. Flammarion – Paris 1970.

Biblio. « Les Races Normandes » de F. Callu et N.Vermeulen – Ed. C. Corlet - 2004

 

 

Écrire un commentaire