Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2013

C'est pas pour bère !

« Le père Triqueville est mourant. Depuis la veille il a perdu connaissance et selon l’expression de Maupassant sa respiration ressemble « au bruit d’une pompe qui n’a plus d’iau ». Sa femme hargneuse, qui le malmena toute sa vie, va et vient, range la maison pour recevoir le prêtre qu’elle attend.  

calva.JPG

Chaque fois que Triqueville fut ivre, il eut une scène violente. Mais ça ne le corrigea pas. Et la femme à cette heure où il va mourir ronchonne en pensant aux cuites passées et au dérangement que va lui occasionner cette mort.

Le prêtre arrive et commence à administrer au mourant les derniers sacrements. Au moment où il fait l’onction sur les lèvres, le père Triqueville, sentant un contact sur sa bouche, l’ouvre instinctivement. Mais la bonne femme qui se trouve près du lit, d’un geste brusque la lui clôt en disant :

-         Ferme la goule ! C’est pas pour bère.* »

 boujou.JPG

 

 

*« Le voyage », extrait d’ « Augerons-Contes du Cru d’Auge », de Jean Bard –

Photos. « Boujou de Normandie » de Miniac – Ed. Orep. Bayeux - 2012 et « Vivre et mangers normands » de B. Leroux et C. Quétel – Ed. I.D.P. Paris – 1983.

 

Les commentaires sont fermés.