Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2013

La Belle et la Bête, un conte teinté de normandie

La Belle et la Bête ! On se souvient tous du  film fantastique de Jean Cocteau sorti sur les écrans en 1946, où Jean Marais, un normand lui-aussi donnait la réplique à Josette Day.

La Belle et la Bête de Cocteau.jpg

Mais saviez-vous que c’est à une romancière normande que l’on doit la dernière version de ce conte sur laquelle ont été basées la plupart des adaptations ultérieures ?

Car l’origine de cette histoire est très ancienne. L'une des premières versions connues est celle d'Apulée, un écrivain berbère du IIe siècle. Repris quatorze siècles plus tard, en 1550, par un romancier italien, Francesco Straparola (1480-1558) qui le publie dans son recueil  « Nuits facétieuses », il n’arrive en France qu’en 1740 grâce à Gabrielle-Suzanne de Villeneuve (1695-1755), qui en écrit la première version moderne et la fait paraître dans son recueil intitulé « La jeune Américaine et les contes marins ».  

 Mme Leprince de Beaumont.jpg

Jeanne Marie Leprince de Beaumont née Vaimboult

Ce n’est que 17 ans plus tard qu’il va réellement connaître la célébrité, après avoir été une nouvelle fois repris, sous une forme très abrégée, par une autre romancière, Jeanne Marie Leprince de Beaumont, dans ses  « Magasins des enfants, des adolescents et des pauvres. »

Cette romancière est née à Rouen, le 26 avril 1711. Institutrice de formation, elle publie son premier roman, « Le Triomphe de la vérité » en 1748. Partie à Londres comme Gouvernante, éducatrice de filles de la haute société, elle va se consacrer en parallèle à la rédaction d’œuvres éducatives et pédagogiques. Suivant sa devise « Plaire à la jeunesse en l’instruisant », elle adopte un style simple et bien adapté aux jeunes lecteurs qui fait son succès. C’est dans « Le magasin des enfants » de 1757 qu’elle introduit, en l’abrégeant, « la Belle et la Bête », le conte qui fera sa renommée et qui a pour but d’apprendre aux enfants à distinguer la laideur morale de la laideur physique.

Livre .jpg

Après quinze années passées en Angleterre, elle rentre en France et achète une petite terre à Avallon près d’Annecy où elle continue d’écrire. Au total, elle aura rédigé environ 70 ouvrages religieux et moraux, ce qui, à cette époque, constitue un véritable exploit pour une femme-écrivain.

Elle termine sa vie près de sa fille et de ses six petits-enfants et décède le 8 septembre 1780 à Chavanod (Haute-Savoie). Elle ne connaîtra pas son arrière petit-fils, Prosper Mérimée, né 23 ans plus tard.

Biblio. merci aux nombreuses pages sur le sujet et notamment au site Wikipédia. 

 

Commentaires

Je vous approuve pour votre exercice. c'est un vrai état d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.