23/01/2013

Errare Humanum est...

... car n'est-il pas de la nature de l'homme de se tromper !

Le décès brutal le 24 novembre 1714 de Maître Toussaint Gouion, curé de la paroisse de Saint-Nicolas du Pont-Saint-Pierre, au cœur du département de l’Eure, surprit tous les Pétripontains.

Curés de Pt St Pierre.jpg

Il faut dire que la cause de la mort de ce prêtre, âgé seulement de 45 ans, n’est pas banale. Le curé de la paroisse voisine de Poses, l’abbé Poussin, l’a consignée dans le registre paroissial des baptêmes, mariages et sépultures, à la fin de l’année 1714.

 POSES 1.JPG

 POSES 2.JPG

En cette année (1714) Me Gouion prêtre de Léry curé de Romilly mourut par un accident tout à fait extraordinaire, il avait certaine maladie pour à laquelle remedier on luy ordonna de boire du vin d’absynthe, il donna ordre qu’on lui en apportât de Roüen. Mais par malheur la même personne qui l’apporta était en même temps chargée d’une cruche pleine d’huile d’aspic, et ce Monsieur,  au lieu de prendre le vin d’absynthe, bû toute la dite huile, qui lui consomma en moins de 15 jours les entrailles, sans qu’on y ay pu remedier. Cela arriva au mois de novembre. Signé Poussin, curé de Poses. "

L’huile ou l’essence d’aspic, de couleur jaune-vert pâle et dégageant une forte odeur, est obtenue par distillation complète des sommités fleuries de la lavande vraie ou Lavandula vera. Elle est utilisée en médecine vétérinaire et en droguerie, notamment dans la fabrication des vernis artisanaux, où elle est employée pour dissoudre le copal, une résine proche de l’ambre.

Quant au vin d’absinthe, mélange d’alcool, d’absinthe et de vin blanc, il est utilisé comme vermifuge et dans les maladies de l’estomac.

Biblio. merci notamment aux pages Wikipédia.

Écrire un commentaire