Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2013

Le "Domesday Book" ou l'inventaire normand de l'Angleterre

Rédigé en 1086, le « Domesday Book » est le premier grand livre administratif réalisé en Europe et il représente à lui seul la compétence des normands en matière d’administration et de gestion ! 

Guillaume le Conquérant.jpg

A Noël de l’an 1085, Guillaume le Conquérant (1027-1087), est en Angleterre, à Gloucester et il s’interroge. Comment allait-il gouverner cette île qu’il venait de conquérir et qu’il connaissait si peu ? A qui appartenaient les richesses terriennes de son nouveau royaume et quelles étaient-elles ? Comment garantir et répertorier les droits fiscaux de la Couronne ? Pour obtenir des réponses à ses questions, il va ordonner un gigantesque travail cadastral.  Pour savoir « qui possédait quoi et ainsi pouvoir le taxer », durant une année entière, le roi envoie ses hommes mener une vaste enquête de terrain à travers tout le royaume, l’équivalent de nos jours d’un recensement national. Malheureusement, quelques villes vont échapper au recensement et notamment celle de Londres.

 

Le rédacteur de la Chronique anglo-saxonne de l’année 1085 relate l’évènement en ces termes  « Le roi (Guillaume le Conquérant ») envoya ses homme dans toute l’Angleterre, dans chaque comté pour savoir combien il avait dans chaque compté de centaines d’hides, combien appartenaient à la couronne, la quantité du bétail et le chiffre des revenus exigibles par le roi en chaque endroit. Il voulut avoir aussi par écrit ce que les archevêques, évêques, abbés, comtes, avaient de terres ; bien plus, ce que chaque tenancier pouvait avoir en terres et en bestiaux, avec, l’estimation desdits biens. Il voulut que cela se fit si exactement qu’il n’y eut pas une seule hide, pas un seul yard de terre, … pas même une vache, un bœuf, un cochon qui ne fût point couché par écrit. Et tous ces renseignements, couchés par écrit, furent centralisés entre les mains du roi. »

 

DOMESDAY BOOK.jpg

Ce « Descriptio » sera pour la première fois en 1198 désigné sous le nom de « Domesdays Book ». Venant d’une ancienne forme de « Doomsday », « le jour du Jugement Dernier », ce nom lui aurait été attribué de manière informelle par les Anglais au XIème siècle en raison de la « nature irréversible des informations ainsi collectées » : celles-ci avaient force de loi et aucun appel n’était possible. A noter que pour être en mesure d’évaluer rapidement la possibilité d’évolution des richesses locales, lui permettre de connaître ses ressources financières et optimiser l’administration de ses territoires, le normand était allé jusqu’à exiger que la valeur de chaque bien soit complétée de la valeur du même bien à l’époque du règne de son prédécesseur Edouard le Confesseur (1004-1066).  

Domesday Book 1.jpg

Ecrit en latin, probablement par des scribes venus de Lombardie, en deux volumes indépendants, la valeur de cet ouvrage est inestimable tant il décrit avec précision le nombre et l’état de la population anglaise à la fin du XIe siècle, la richesse et la diversité du royaume à cette époque. C’est un document prisé par les philologues, les généalogistes et les topographes, notamment pour l’identification des patronymes des anciennes localités.  

Domesday Book 3.jpg

Conservé durant près de 800 ans avec le Trésor de la Couronne au château de Winchester, la capitale des rois normands, on peut aujourd’hui l’admirer au musée des Archives nationales de Kew. Une publication complète a été numérisée et mise en ligne sur le site de ce musée en 2006.

 

Biblio. merci aux pages Wikipédia et aux nombreux sites sur le sujet.

.

 

Commentaires

Je vous approuve pour votre article. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.