Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2012

La gourmandise du Maréchal du Plessis-Praslin

Quand le bonbon fut fait, il n’était point commun,

Bosselé de tous sens et coloré de brun,

D’un fumet délicat qui flattait les narines,

On  eût cru le produit d’une essence divine.

 

 

La praline, ce petit bonbon délicieux, est née au XVIIe siècle durant la Fronde. C’est l’une des premières confiseries inventées en France dont la consommation s’est perpétuée jusqu'à nous.

On dit qu’elle est née un peu par hasard, voire d’une simple maladresse, celle d’un officier de bouche, Clément Jaluzot, lequel, au service de son maître le comte du Plessis-Praslin (1598-1675), aurait par hasard fait grillé quelques amandes dans du sucre en fusion.  

Praline 1.jpg

César de Choiseul, Premier duc de Choiseul, comte d’Hostel puis comte du Plessis-Praslin, vicomte de Saint-Jean, Maréchal de France, surnommé le Maréchal du Plessis-Praslin, n’est pas seulement que titré, il est aussi très gourmand ! Et ce pair de France raffole du bonbon brun « le plus simple qui soit », à l’aspect rocailleux irrégulier, que lui prépare son cuisinier... 

Praline 3.jpg

 César de Choisel du Plessis-Praslin

 

Quand, plus tard, vers 1630, Clément Jaluzot se retire chez lui à Montargis (Loiret), il y  fonde « La confiserie du Roy », et c’est en commercialisant sa « prasline », le nom qu’il lui a donnée en hommage à son maître, qu’il va faire fortune.   

 

Praline 2.jpg

Dans son « Parfait Conficturier » paru en 1667, le cuisinier François Pierre de La Varenne (1618-1678) explique qu’il faut « remuer sans cesse les amandes, remuer pour qu’elles ne caramélisent pas trop lorsqu’on les met à bouillir avec du sucre, remuer encore quand on les écarte du feu pour les faire sécher doucement, remuer toujours pour une dernière cuisson dans le « poëlon ». Les futures pralines dégorgent alors un petit sirop qui les enrobera définitivement lorsqu’elles refroidiront. »

 

Avec le temps, la « prasline » va perdre son « s », devenir « praline » et prendre des couleurs...

  

Biblio. « L’Histoire à table » d’ A. Castelot – Ed. Plon – 1972.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet

Commentaires

Bonjour,
je salue votre blog à l'ancienne qui est très joli et très rétro. A vrai dire, c'est le mot "généalogie" qui m'a attirée, car bien que je n'ai pas d'ancêtre normand dans les siècles précédents, je fais aussi de la généalogie. Mais j'aime vos chromos, vos vieilles boites de gâteaux et de biscuits... Bravo pour ce blog.
Je suis "la journaliste alternative", mais mon blog l a actuellement un problème technique, il est recouvert par une laide page en anglais, je ne sais pourquoi.
Bien cordialement.
domino

Écrit par : domino | 04/11/2012

Bonjour Domino et merci pour vos encouragements.
Je viens de tenter de visiter votre blog mais hélas sans succès ...
J'y retournerai un peu plus tard.
Cordialement à vous,
Cathy

Écrit par : Cathy | 04/11/2012

Merci également, Cathy

Écrit par : domino | 08/11/2012

Je vous approuve pour votre article. c'est un vrai œuvre d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire