Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2013

Le haricot de Pont-Audemer

C’est au XVIIe siècle que le haricot s’est réellement implanté en Europe. Originaire d’Amérique, on doit à Christophe Colomb (1451-1506) d’avoir rapporter les premières graines de cette plante herbacée de l’Ile de Cuba. Quelles années plus tard, l’italienne Catherine de Médicis (1519-1589),  future épouse du roi Henri II (1519-1559), introduit en France ce légume « exotique » qui prend place dans ses bagages de future mariée. C’est ainsi qu’il débarque à Marseille, en octobre 1533, pour être cultivé dans le potager de Blois et que la « fève de Rome » du latin « faselus » deviendra notre « fayot » du langage populaire !  

Haricot pont audemer.jpg

Le Haricot de Pont-Audemer

 

Du fait de leur ressemblance, les normands ont longtemps confondu « pois » et « fèves ». C’est donc tout naturellement qu’ils désignent par l’un ou l’autre de ces termes le nouvel hôte de leur table qui prend progressivement la place de leurs légumineuses habituelles.

En 1752, Combles note dans son ouvrage « L’école du jardin potager » que « cette plante est universellement connue et il s’en fait une grande consommation en tout pays. »

A noter que ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que les bourgeois européens, friands de primeurs et soucieux de leur ligne, vont faire du « haricot vert », un légume recherché, préférant dès lors consommer la gousse (le fruit) du haricot vert que les graines du haricot sec.

De nouvelles variétés vont naître. C’est le cas du « Haricot de Pont-Audemer » cultivé par les jardiniers normands jusqu’en 1960 et qu’on redécouvre aujourd’hui. Son originalité tient dans ses grains mouchetés rouge rosés.  

Haricot pont audemer 2.jpg

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici aujourd’hui la recette simple et délicieuse des Haricots blancs nouveaux au gratin*.

 

Pour 4 personnes, il vous faut 800 g de haricots frais, 2 poireaux, 2 dl de crème, persil haché, 80 g de chapelure, 50 g de gruyère râpé, beurre.

 

Cuire les haricots à l’eau bouillante salée. Quand ils seront à point, fondre au beurre le blanc des poireaux émincés ; puis mouillés de la cuisson des haricots ; cuire 20 minutes ; Mélanger les poireaux aux haricots ; ajouter la crème et le persil haché ; verser dans un plat creux ; recouvrir de râpé, de chapelure, par-ci par-là des noisettes de beurre ; faire gratiner doucement à four moyen, de belle couleur.

Bon appétit !  

Recette.jpg

* Recette extraite de « Le grand livre de la cuisine normande » de R. Compas – Ed ; J-P. Delage Paris 1976.

Biblio. « La fabuleuse histoire des légumes » d’E. Bloch-Dano – Ed. Grasset – 2008.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Commentaires

Merci pour ces informations et pour cette recette alléchante.

Écrit par : DominiqueChadal | 31/07/2013

Je vous félicite pour votre éditorial. c'est un vrai œuvre d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

bonjour,

j'ai récolté mes premiers haricots de pont audemer cette année... mon eau de cuisson est devenue toute rouge ???

Écrit par : javaloyes joelle | 01/10/2014

Nous ne trouvons pas ce haricot dans le commerce. Quelqu' un serait intéressé de troquer quelques graines contre des haricots du Saint sacrement a rame?

Écrit par : zab | 04/11/2014

Écrire un commentaire