Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2012

La fièvre de Saint-Vallier

« La plus monstrueuse de toutes les maladies

parce qu’elle ne vient pas de Dieu  mais de l’homme ! »

Victor Hugo

 

 

La fièvre de Saint-Vallier, c’est  la maladie de la terreur de l’échafaud. Celui qui a laissé, bien involontairement, son nom à ce syndrome n’est autre que le père de Diane de Poitiers, Jean de Poitiers, vicomte d’Estoile, seigneur de Saint-Vallier ( ?-1539). 

Jean de Poitiers.jpg

 Jean de Poitiers, vicomte d'Estoile, Seigneur de Saint-Vallier

 

En 1523, il est compromis dans l’affaire dite « du connétable de Bourbon », Charles de Bourbon (1490-1527), dernier des grands féodaux à s’être opposé à un roi de France. On lui reproche d’avoir favorisé la fuite de ce seigneur qui, menacé par François Ier, quitte ses terres incognito et fait alliance avec « l’ennemi », l’Empereur du Saint Empire romain germanique, Charles Quint (1500-1558), chez lequel il se réfugie.

Dénoncé, arrêté, emprisonné à la conciergerie du palais de Paris, Monsieur de Saint-Vallier est jugé et condamné par le roi à avoir la tête tranchée. Le lendemain, il est conduit jusqu’en place de Grève où l’attend l’échafaud. 

Diane de Poitiers.jpg

Diane de Poitiers avant 1525

 

Diane est alors l’épouse de Louis de Brézé (1463-1531), dernier grand Sénéchal de Normandie, un très fidèle et proche de François Ier (1494-1547). Apprenant la condamnation de son père, elle court se jeter aux pieds du Roi et obtient par ses larmes mais aussi peut être par ses attraits, « en reconnaissance des bons et loyaux services de son mari », la grâce de son père.  

Celui-ci est sur le point de s’agenouiller pour recevoir le coup mortel de l’exécuteur de la Haute Justice, quand il apprend que sa peine est commuée en peine de prison perpétuelle. Sur le coup de l’émotion, la peur d’une mort si proche, il est saisi d’une forte fièvre qui va le terrasser en quelques jours. C’est enfermé dans la forteresse de Loches en Touraine qu’il trépasse emporté par la fièvre qui portera son nom, la fièvre de Saint-Vallier. Elle désigne le tremblement qu’éprouve un homme face au danger et ses symptômes sont identiques à ceux de la grippe saisonnière.

Sa fille Diane (1499 ?-1566) restera la favorite du roi de France Henri II pendant plus de vingt ans. 

louis de breze.jpg

Le tombeau de Louis de Brézé se trouve dans la chapelle de la Vierge de la Cathédrale de Rouen.

Quant au Connétable de Bourbon, il mourut à Rome en 1527.

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

Commentaires

Cela me fait penser à ce que l'on nomme aujourd'hui l'Effet du Barry qui consiste à vouloir tenter de repousser vainement une échéance proche et certaine.
Cela vient de l'ex maîtresse de Louis XV qui condamnée à mort pendant la Terreur tenta de gagner quelques instants au pied de la guillotine en suppliant le bourreau, ce qui était totalement inutile ...

Ah quand les grands de ce monde restent à la postérité ...

Écrit par : Olivier | 28/09/2012

Dadon a fondé seul l'Abbaye de Rebais.
Ses frères Adon et Radon ont respectivement fondé l'Abbaye de Jouarre et prieuré de Reuil en Brie.

Écrit par : office de tourisme brie champagne | 12/10/2012

Je vous complimente pour votre paragraphe. c'est un vrai état d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire