04/07/2012

Merry Delabost : l'hygiène en prison

Son nom ne vous dit sûrement rien ! Même si j’ajoute qu’il est normand et que son invention, en 1872, fait partie de celles qui ont bouleversé notre vie quotidienne ! Qu’une rue de notre bonne ville de Rouen porte aujourd’hui son nom ! Non, vraiment, son nom ne vous dit rien, et pourtant…

Le docteur Merry Delabost est né à Saint-Saire, petite commune du canton de Neufchâtel-en-Bray, en Seine-Maritime, le 29 août 1836.   

MERRY DELABOST.jpg

François Merry Delabost (1836-1918)

 

Chirurgien de formation, il assure à l’Hôtel-Dieu de Rouen, dès 1878, la suppléance du Docteur Achille Flaubert (1813-1882), le frère aîné de Gustave.

Mais comme les missions qu’il exerce parallèlement au sein des prisons de Rouen lui tiennent particulièrement à cœur, il va, pour raison de santé, dès 1883, démissionner de son poste à l’Hôtel Dieu pour ne se consacrer qu’à celles-ci et ce jusqu’à sa retraite.  

Et c’est en cette qualité, Médecin-Chef des prisons de Rouen, qu’il va se faire connaître comme l’inventeur de la douche !

Bien sûr, la douche existait bien avant lui ! Pourtant, cette pratique antique qui tente de faire son entrée à la cour du roi Henri III (1551-1589) se heurte à la méfiance du corps médical à l’égard de l’eau, considérée alors comme facteur de propagation des maladies. Cette crainte va perdurer durant tout le XVIIe siècle où le bain, toujours exceptionnel, reste entouré de mille précautions. A l’eau, on préfère la toilette sèche et l’utilisation du parfum pour masquer les odeurs corporelles… A se laver, on préfère changer de linge… Ce que ne font malheureusement seulement que ceux qui en ont les moyens !

Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que les mentalités vont changer. Le bain devient une pratique de santé encouragée par les hygiénistes qui mettent pour cela en avant le rôle respiratoire de la peau.

A partir du siècle suivant, la France décide de soutenir politiquement le développement des  bains publics sur le territoire national et plus particulièrement celui des bains à prix réduits pour la classe ouvrière, la plus démunie en la matière. Rouen montre l’exemple en ouvrant dès 1849 un premier établissement de bains et lavoirs publics pour les hommes suivi, en 1850, d’un second réservé aux femmes. 3 autres établissements de bains chauds viendront ensuite compléter le dispositif.  

rouenbonnenouvelle440-88851.jpg

La prison Bonne-Nouvelle de Rouen

 

C’est dans ce contexte qu’intervient en 1872 l’initiative de notre normand Merry Delabost, médecin-chef de la prison Bonne-Nouvelle de Rouen. La maison d’arrêt de Rouen compte alors 900 détenus, déjà bien plus qu’elle ne peut en recevoir ! Tous vivent dans une grande promiscuité et sont d’une saleté repoussante. Les interventions hygiéniques du Docteur Delabost visent à faire de ce véritable mouroir une prison saine. Officiellement pour améliorer l’hygiène des détenus, officieusement aussi pour faire des économies d’eau, il propose et obtient de remplacer le bain en baignoire toujours exceptionnel, trop long et trop cher, par un système de douche collective avec des jets d’eau individuels. « Il ne s’agit point, dit-il, de procurer aux prisonniers une satisfaction de bien-être. La santé du détenu permet d’exiger de lui un travail dont le produit diminue d’autant les frais de l’emprisonnement. » En ajoutant que pour eux, la propreté est « une vertu presque inconnue et en tous cas une pratique désagréable. »  Aussi,  les contraindre à la propreté, c’est en quelque sorte les condamner à une peine supplémentaire !  

douche.jpg

Mis en place en 1873, puis reprise par d’autres établissements pénitentiaires comme par des casernes militaires, son invention va mettre du temps à parvenir au grand public. Le premier établissement public de bains-douches voit le jour à Vienne, en Autriche, en 1887. En France, Bordeaux inaugurera le sien en 1893 et Paris en 1899. Rouen devra attendre 1897. Le Docteur Delabost ironisait en expliquant que son procédé « n’est pas à la portée de tout le monde. Il faut avoir tué ou volé, ou du moins avoir brisé une lanterne de bec de gaz ! »

Le docteur Merry Delabost s’est éteint à Rouen le 11 mars 1918.

 

Biblio. « Le Docteur Merry Delabost, inventeur de la douche » - Dr Feltgen – Gpe Histoire des Hôpitaux de Rouen – www.chu-rouen.fr et « La douche, une invention d’un médecin des prisons, le docteur Merry delabost » - H. Dajon – http://criminocorpus.in2p3.fr

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Commentaires

Alors ça ! Passionnant ! Merci pour cet article ! Amicalement.

Écrit par : Lulu Sorcière | 04/07/2012

Encore une fois un article très intéressant. Merci.

Mais, j'ai juste une petite remarque, le Flaubert auquel vous faites référence n'est pas le père de Gustave mais son frère. Eh oui ! la médecine, c'était de famille chez les Flaubert ;o)

Écrit par : Genealonet | 05/07/2012

Bonjour et merci pour votre remarque. Il s'agit bien, vous avez raison, du frère aîné de Gustave Flaubert et je viens de corriger mon écrit en ce sens. Je vous souhaite une belle journée. Au plaisir de vous lire.

Écrit par : Cathy | 08/07/2012

Écrire un commentaire