Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2012

Un peu de Normandie dans notre Marseillaise nationale

On sait tous que l’on doit notre hymne national à Claude Joseph Rouget de Lisle (1760-1836), franc-comtois né à Lons-le-Saunier dans le département du Jura, qui l’aurait écrite dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, à la suite de la déclaration de guerre de la France à l’Autriche. Il portait alors l’uniforme de Capitaine du Génie de l’armée du Rhin  et était en poste à Strasbourg. 

 

La Marseillaise.jpg

 

Ce qu’on sait moins c’est que Rouget de Lisle n’est l’auteur que des 6 premiers couplets ! Un septième, commençant pas "Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n'y seront plus ", appelé « couplet des enfants » a été ajouté en octobre 1792.  

 

7ème couplet.jpg

Et ce couplet, un normand, en a revendiqué la paternité ! Il s’agit de Louis François Du Bois. L'homme est né à Lisieux (Calvados) le 16 novembre 1773 et c’est au contact de l’avocat Plancher chez qui il étudie le droit et qui a la réputation de "joindre le goût des vers à celui du barreau » qu’il acquiert à la fois ses talents littéraires et un esprit réformateur.

Sa carrière est remarquable : professeur d’histoire littéraire et de bibliographie à l’Ecole centrale de l’Orne, Sous-préfet de Bernay et de Vitré, membres de plusieurs Académie et sociétés savantes, littéraires et agronomiques de Paris, des départements et de l’étranger,... L’homme est un aussi un véritable touche-à-tout qui publie en masse poèmes, chants, cantiques, mais aussi biographies, notices sur la Normandie et les villes normandes, notamment celle de Lisieux, recherches archéologiques, essais de géographie, cours d'agriculture, précis d'horticulture, etc … Dans l’une de ses publications, « Notice sur la Marseillaise », il raconte sa rencontre avec Rouget de Lisle en octobre 1792 à Paris, comment ils se sont liés d’amitié, comment il lui a fait corriger deux vers de sa « Marseillaise » et comment, dans un moment d’inspiration, il a lui-même composé le septième couplet, le « couplet des enfants », à l’imitation du chant des Spartiates cité par Plutarque.

 

D’autres ont  fait valoir leur droit à la paternité sur ce septième couplet : Marie Joseph Chénier (1764-1822), son frère André (1762-1794) et l’abbé Antoine Pessonneaux (1761-1835). Lequel en est réellement l’auteur ? L'énigme n'a à ce jour pas été élucidée !

 

 

books.png

 

Notre normand Louis Du Bois, retiré au Mesnil-Durand (Calvados) où il travaillait à compléter son « Glossaire du patois normand »,  est décédé le 9 juillet 1855.

 

  

 

Biblio. : Biographique de Louis du Bois par Jullien Travers, dans Louis du Bois Glossaire du patois normand, Caen, 1856.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

 

Commentaires

Bonjour !
Je prépare l'épreuve de l'histoire des arts et j'aimerais connaître le nom du dessinateur de cette affiche, estce bien une affiche,un tableau, un article paru dans un journal de l'époque et où est-il conservé ?
Dans l'attente de vos précieuses réponses, je vous remercie d'avance et vous prie d'agréer mes sincères salutations.
Guillaume Comte 3 ème

Écrit par : Comte Laurence | 02/05/2014

Bonsoir Guillaume,
Désolée, mais je n'ai aucun souvenir de la provenance ni aucune information à vous communiquer sur l'auteur de cette affiche. Je crois me souvenir que je l'avais trouvée dans un ancien numéro de la revue Historia, mais je ne saurais vous l'assurer...
Cordialement à vous,
Cathy

Écrit par : Cathy | 03/05/2014

Écrire un commentaire