Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2012

Le Caudebec vous salue bien !

Le saviez-vous, la bonne ville de Caudebec-en-Caux, au cœur du département normand de la Seine-Maritime, a donné son nom à un chapeau, le « Caudebec », fait « de laine d’agnelin, de ploc, de poil ou de duvet d’autruche, ou de poil de chameau » qu’elle fabriquait au XVIIe siècle en grande quantité. 

 

Caudebec.jpg

Le Caudebec

 

Il faut savoir que le nom de « Caudebec » vient du norrois « kaldr bekkr » signifiant  littéralement « froid ruisseau ». Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que va véritablement se développer dans la petite cité normande  la chapellerie du feutre. Sur les bords des rivières de l’Ambion ou de Sainte-Gertrude, car la fabrication de ce couvre-chef exigeait beaucoup d’eau, on va  compter à cette époque jusqu’à 80 arçons ou ateliers !  

carte_caudebec-en-caux.gif

Caudebec-en-Caux 

Ce sont les maîtres et ouvriers protestants qui y ont introduit le travail du feutre façonné à une époque où les hommes étaient seulement couverts de bonnets de coton. Les huguenots de Normandie puis ceux de toute la France se coiffent les premiers de ce feutre sombre, orné d’une plume verte. Et quand Louis XIV (1638-1715) s’affichera à son tour d’un Caudebec noir orné d’une longue plume blanche, tout le royaume bien sûr l’imitera. Dès lors, la mode est lancée : il est de bon ton pour les nobles comme pour les bourgeois de se couvrir l’oreille droite de ce feutre venu du pays de Caux. Même les paysans, mais seulement dans les grandes circonstances, font de même ! Thomas Corneille (1625-1709), le frère de Pierre, mentionne en 1704 les chapeaux de Caudebec dans son « Dictionnaire de géographie » « fort estimez, écrivait-il,  parce qu’ils résistent à la pluie ». Qualités qui les font apprécier de nos voisins européens et notamment des anglais car les Caudebecs s’exportent !  

 

Louis XIV.jpg

 Le roi Louis XIV

 

A la fin du XVIIe siècle pourtant, la concurrence nationale et régionale commence à se faire sentir. Localement, les fabriques de Rouen, du Havre et de Bolbec proposent en quantité des Caudebecs de contrefaçon  « moins étoffez que ceux qui sont de véritable fabrique de cette ville. »  A ces difficultés dont doivent faire face les fabriques caudebecquaises, s’ajoute la Révocation de l’Edit de Nantes, signée en 1685, qui provoque l’exode de près de 3000 chapeliers protestants car l’industrie de la chapellerie, aussi bien en Normandie que dans d’autres régions françaises comme celle de Lyon, du Dauphiné ou de la Provence, est entre leurs mains.

 

 

Les caudebecs.png

Les Caudebecs 

 

Si en 1720, la communauté des chapeliers de Caudebec était composée de 15 maîtres, en  1767, il n’en reste plus que trois. Dans un article paru dans le Journal de Rouen du 3 juillet 1922, Georges Dubocs (1854-1927) écrit que «Noël de la Morinière, dans son Essai sur la Seine-Inférieure, en 1795, ne note plus l’existence de l’industrie des chapeaux à Caudebec et il attribue sa décadence à l’infériorité de la main-d’oeuvre, aux mauvaises eaux, à l’incendie de 1649, à la mortalité de 1694, où 600 personnes périrent, tout et autant qu’à la Révocation de l’Edit de Nantes… »

 

C’est ainsi que notre Caudebec va tirer sa dernière révérence !

  

 

Biblio. Merci aux sites« Le canard de Duclair » http://jumieges.free.fr/caudebec.html,

http://www.le-petit-manchot.fr

Écrire un commentaire