Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2012

Ça s’est passé un 23 juin…

… le 23 juin 1894 : ce jour-là est fondé, dans l’amphithéâtre de la Sorbonne à Paris, le Comité International Olympique (CIO).  

CIO 1894.jpg

 Premier Comité Olympique réuni en 1894 (Coubertin est le deuxième en partant de la gauche)

 

Ce projet, c’est celui d’un jeune aristocrate, Pierre de Fredy, baron de Coubertin. Né à Paris le 1er janvier 1863, c’est chez nous, en Normandie, que Pierre de Coubertin a passé sa jeunesse, au château familial de Mirville, propriété appartenant à la famille de sa mère, Marie-Marcelle Gigault de Crisenoy, et située près de Bolbec dans la région havraise. Amateur de sport, le jeune homme pratique l’équitation, la natation, l’aviron, le tennis et le cyclisme. 

mirville.jpg

Le Château de Mirville en Normandie

 

A 20 ans, fasciné par les jeux antiques, il part vérifier les écrits d’Hyppolyte Taine (1828-1893) sur la place privilégiée accordée à l’exercice physique dans le système éducatif d’Outre-Manche. A son retour, il décide de se consacrer au développement de l’enseignement de l’exercice physique dans les écoles françaises. En 1891, il prend la direction de l’Union des Sociétés Françaises des Sports Athlétiques (U.S.F.S.A.), l’ancêtre de nos fédérations sportives. 

 

Pierre de Coubertin.jpg

 Pierre de Coubertin (1863-1937)

 

Pour populariser le sport, il sait qu’il faut l’internationaliser et donc restaurer l’Olympisme. Quelques tentatives en ce sens ont bien déjà été menées mais ce qui va faire la différence cette fois, c’est l’esprit de modernité dans lequel le baron va inscrire son action. Il profite de la célébration du cinquième anniversaire de l’U.S.F.S.A., le 25 novembre 1892, pour dévoiler à l’assistance particulièrement nombreuse réunie dans l’amphithéâtre de la Sorbonne son souhait  «  que la renaissance de l’athlétisme dans le monde ait pour conclusion nécessaire le rétablissement des jeux Olympiques. »

 

Si une première pierre est bien posée ce jour-là, beaucoup de travail reste à faire. Le baron, qui est un homme obstiné, le sait bien. Deux ans plus tard, le 16 juin 1894, il organise au même endroit un Congrès International d’éducation physique qu’il baptise le jour de l’ouverture « Congrès pour le rétablissement des jeux Olympiques ». Clou du spectacle, dans l’amphithéâtre, une soliste de l’Opéra de Paris accompagnée de chœurs et de harpes,  entame « l’hymne à Apollon » dont on venait de retrouver le texte à Delphes. Cette fois, c’est gagné ! Le 23 juin, jour de la clôture du congrès, la proposition de Coubertin est adoptée à l’unanimité par les 2 000 représentants des 12 délégations française et étrangères.

 

 jeux-olympiques-7.jpg

 

Jeux Olympiques d'Athènes de 1896

 

Un Comité International, qui deviendra plus tard le C.I.O., autorité suprême du mouvement olympique, est aussitôt constitué. Coubertin en assure le secrétariat général. Il n'en prendra la présidence qu'à partir de 1896 et jusqu’en 1925.

Les premiers Jeux Olympiques de l'ère moderne auront lieu à Athènes en 1896. Ils  rassembleront 241 athlètes de 14 nations différentes.

 

Biblio : « Jeux Olympiques – La flamme de l’exploit » de F. Hache – découverte Gallimard 1992 - Merci aux pages Wikipédia sur le sujet

 

Écrire un commentaire