11/02/2012

Ça s’est passé un 11 février…

11 février 1911 : C’est aux commandes d’un aéroplane de type Caudron GI, après avoir décollé à 2h30 du matin d’Issy-les-Moulineaux qu’un normand, Robert Grandseigne, va réaliser sur Paris le premier vol de nuit de l’histoire de l’aviation.  

 

GrandseignePORTRAIT.jpg

Ce fou volant sur sa drôle de machine est né au Havre (Seine-Maritime) en 1885. Contemporain de René Coty, un autre havrais célèbre, c’est en qualité d’ouvrier qu’il participe en 1908 au premier salon de l’aviation. Il y admire la « Chauve-souris » de Clément Ader et surtout, il y fait la connaissance de Louis Blériot (1872-1936). Entre les deux hommes, tout va aller très vite. Granseigne s’intègre dans l’équipe chargée de préparer l’avion avec lequel « le patron » veut traverser la Manche.

Au matin du 25 juillet 1909, le « Blériot XI » est fin prêt grâce aux mécaniciens Mamet, Colin et Grandseigne. Louis Blériot s’installe aux commandes. La traversée, ralliant Les Baraques près de Calais à Douvres est effectuée en 37 minutes.   

Bleriot1909.jpg

                                         La traversée de la Manche le 25 juillet 1909 par Louis Blériot

 

Comment après cette victoire ne pas se sentir à son tour pousser des ailes ? Grandseigne fait discrètement son apprentissage de pilote. Parallèlement, il se consacre à la mise au point des moteurs et des hélices et pour ce faire multiplie les essais. Et  c’est justement pendant une séance d’essais, un peu par hasard, qu’il va réaliser l’exploit de son existence.  Il a 26 ans.

carte_postale.jpg

Ce jour-là, l’animation est grande à Issy-les-Moulineaux, berceau de l’aviation. On s’y prépare pour le « Prix des amendes » ainsi désigné parce qu’il est doté grâce aux amendes infligées en cours d’année aux aviateurs survolant le terrain de manœuvres « en dehors des heures autorisées » effrayant ainsi les chevaux et mettant leurs cavaliers en méchante posture.

Robert Grandseigne espère beaucoup de cette compétition. Il multiplie les contrôles. Parti pour un ultime essai au sol, il a roulé trop loin, alors, afin d’éviter les hangars, il tire sur le manche et décolle. La nuit est claire. Inquiet, il sait que le vol de nuit est une folie ridicule. Mais tout se passe bien… Alors, il continue son vol, frôle la Tour Eiffel, survole l’Opéra… et rentre par Argenteuil, Courbevoie et Neuilly. Il atterrit sans incident à la lumière de la lune. C’est ainsi que Robert Grandseigne va écrire une nouvelle page de l’histoire de l’aviation : le premier vol de nuit qui aura duré exactement 1 heure et 2 minutes.

 

Robert Grandseine est décédé le 1er octobre 1961 et repose au cimetière de Passy.

 

 

Biblio. "Fameux normands, normands fameux" de R. Biot – PTC Paris-Normandie 2002

Merci au site acam.asso.fr et aux pages Wikipédia sur le sujet.

Écrire un commentaire