Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2011

Ça s'est passé un 31 décembre !

Le 31 décembre 1882, l’une des personnalités politiques les plus importantes de cette IIIème République présidée par Jules Grévy se meurt. Celui qui a joué un rôle clé dans la pérennité du régime républicain dans notre pays après la chute du Second Empire expire. Celui qui fut Président de la Chambre des députés de 1879 à 1881 et Président du Conseil et Ministre des Affaires Etrangères de 1881 au 30 janvier 1882 a rendu l’âme. 

 L GAMBETTA.JPG

 

Extrait de l'acte de naissance de Léon Gambetta

 

Cet homme, c’est Léon Gambetta. Né à Cahors (Lot), le 2 avril 1838, de parents d’origine italienne, il est naturalisé français en 1859. Après des études de droit, devenu avocat, il entame sa carrière politique en 1869.

Son rôle dans la déchéance de l’empire et la proclamation de la IIIème République va être essentiel.  

 

Leon_Gambetta_2.jpg

 

Léon Gambetta (1838-1882)

 

Le 14 novembre 1881, il devient à 43ans Président du Conseil. Tout juste a-t-il le temps de créer le premier Ministère des Arts destiné à promouvoir la culture et les arts dans les classes populaires, que son autoritarisme excessif entraîne la chute de son gouvernement le 30 janvier  1882.

 

Léonie Léon.jpg

Léonie Léon (1838-1906)

 

Et c’est là que le destin se montre cruel. Alors que sa maîtresse, Léonie Léon, après dix années de liaison passionnée, plus de 6000 lettres échangées, consent enfin à l’épouser, Léon Gambetta se blesse le 27 novembre 1882 à la main droite en voulant décharger son pistolet. La blessure par balle n’est pas grave, mais ses médecins, craignant qu’une artère soit bouchée, le contraignent à garder le lit. La plaie cicatrise mais le convalescent se plaint alors de douleurs abdominales violentes. Les nombreux spécialistes appelés à son chevet diagnostiquent une appendicite infectée qu’ils n’opèrent pourtant pas.

Et c’est ainsi que le 31 décembre 1882, l’un des pères fondateurs de la IIIème République s’éteint dans sa maison des Jardies à Ville d’Avray près de Sèvres (Hauts-de-Seine) des suites d’une pérityphlite, inflammation du péritoine du caecum, découlant probablement d’un cancer de l’intestin ou de l’estomac, diagnostiquée dès le 23 décembre par le Professeur Charcot et jugée par lui inopérable. On saura plus tard que le défunt souffrait depuis longtemps de sévères troubles gastriques et intestinaux.  

Mort de Gambetta.jpg

 

Après des obsèques nationales, Léon Gambetta est inhumé à Nice où sa famille s’est installée et son cœur transféré  le 11 novembre 1920 au Panthéon.

On doit à ses ennemis l’épitaphe suivante, cruelle allusion à un affreux accident dont il avait été victime dans sa jeunesse et qui le rendit borgne :

 

Amis respectons le cercueil

De ce patriote farouche

Qui prit bien soin de perdre un œil

Pour ne jamais paraître louche.

 

Biblio. Le Calendrier de l’Histoire d’A. Castelot – Lib. Académique Perrin – 1970

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

07:00 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Je tempérerai cet article, il me semble que Léon Gambetta est tout simplement mort... D'une appendicite... Diagnostiquée, mais non opérée, comme on commençait à savoir le faire avec une certaine efficacité et une certaine sécurité, à l'époque.

Léon Gambetta est mort des suites d'une appendicite rétro cæcale, assez rapidement diagnostiquée, mais les médecins qui suivaient cet homme illustre ont tergiversé environ 5 jours pour savoir s'il fallait l'opérer ou pas, une description séméiologique très fine a été tenue au jour le jour. Bien évidemment une péritonite l'a emporté.

On pourrait peut-être penser, que c'est la célébrité du personnage qui lui a nui.

Cela va à l'encontre du fait que les Hommes important sont mieux soignés que les autre citoyens.

Cela me fait songer à l'Histoire de Louis XIV et de sa fistule anale qui a été opéré par un Barbier, Charles-François Félix, qui bien que sûr de sa technique, à eu ce courage inouï d'opérer le premier Homme du Royaume.

Il n'est cependant pas, toujours, avantageux d'être un Homme Public.

Bonne Année 2012.

Écrit par : Dr Sangsue | 01/01/2012

Merci pour ce commentaire de spécialiste !
Très belle année 2012 à vous aussi.

Écrit par : Cathy | 01/01/2012

Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : Marion | 12/08/2014

Les commentaires sont fermés.