21/03/2012

Le bottin de Sébastien

Pour nombre d’entre-nous, le « bottin », c’est l’annuaire, pages blanches et jaunes, des abonnés au téléphone que la poste glisse chaque année dans nos boîtes à lettres.  

Le Bottin des Postes.jpg

Plus largement, c’est un répertoire très ciblé regroupant des listes de personnes exerçant des activités ou pratiquant des loisirs communs, à l’exemple du « bottin mondain » ou du « bottin gourmand ».  

S Bottin.jpg

 Sébastien Bottin en 1790 (estampe de 1889)

 

Mais saviez-vous qu’au départ, il y avait un Monsieur Bottin ? Issu d’une famille Lorraine, Sébastien Bottin est né le 17 décembre 1764 à Grimonviller, petite commune du département de la Meurthe-et-Moselle. Devenu abbé, il renonce à la Révolution à l’état ecclésiastique pour occuper ensuite divers postes administratifs de plus en plus importants comme celui de Secrétaire en Chef de l’administration centrale du Bas-Rhin ou Secrétaire Général de la Préfecture du Nord.

Cet homme lettré, statisticien passionné, publie en 1797 un premier « Annuaire statistique du département du Bas-Rhin de l’an VII à l’an IX » remarqué.

Mais c’est à partir de 1819 qu’il va réaliser véritablement l’œuvre de sa vie avec la publication chaque année jusqu’à sa mort de l’« Almanach du commerce de Paris». Et c’est grâce à ce répertoire recensant tous les artisans et commerçants de la capitale par secteur d’activité que Sébastien Bottin laissera son nom par antonomase à un annuaire téléphonique édité sur un support papier, notre « Bottin ».

En 1853, criblé de dettes, l’homme s’éteint le 28 mars, âgé de 88 ans, dans l’indifférence générale de ses contemporains. Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise. 

bottin_deces.jpg

Reconstitution de l’acte de décès de Sébastien Bottin

 

La famille Didot, véritable dynastie d’imprimeurs, éditeurs et typographes français, reprenant son entreprise, poursuit la publication de l’annuaire, couplé au leur l’« Annuaire du commerce ». La société Bidot-Bottin devient une société anonyme cotée en bourse en 1881. Elle publiera en 1903 le premier « Bottin mondain », répertoire français des personnalités du tout-Paris.  

Didot-Bottin-1924.jpg

Quant au premier « Annuaire aux abonnés du téléphone de Paris » publié en 1890, il recensait le nom de près de 6500 personnes sans pourtant qu’aucun numéro de téléphone n’y figure ! C’est la « Demoiselle des Postes » qui était chargée à cette époque de mettre en relation les abonnés entre-eux.

 

 

Biblio. « Quand votre culotte est devenue pantalon » de D. Lacotte – Ed Pygmalion 11-2011

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

Commentaires

Je vous vante pour votre exercice. c'est un vrai travail d'écriture. Développez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire