10/12/2011

La Normandie fête le hareng !

Ce « King Herring » comme l’appellent nos voisins anglais, a longtemps régné sur toutes les tables, qu'elles soient des villes ou des champs, pauvres ou riches, austères ou voluptueuses.  

Harengs.jpg

 

Dans les collèges du Roi Henri IV (1553-1610), les élèves des petites classes mangeaient chaque jour un hareng ou un œuf !

Frais, sauri, fumé, séché, entier ou en filets, consommé dès le IIIe siècle, son commerce, en caque (barrique d’environ 100 litres) ou en maise (tonneau de 1 000 harengs) a explosé à partir du XIIIe siècle.

Le hareng est un poisson migrateur. Pêché en mer d’Ecosse et de Hollande durant les périodes estivales, il se trouve, au début de l’automne jusqu’au mois de janvier, en Manche, devant nos ports normands, faisant alors le bonheur de nos bateaux de pêche côtière.

 

Le Treport Peche aux Harengs.jpg

 

A Dieppe, Etretat, Le Tréport ou à Fécamp, le hareng, poisson bon marché, fait vivre nombre de familles, génération après génération, pendant des décennies. Un homme en mer équivaut alors à quatre ou cinq emplois à terre dans les saurisseries et autres manufactures. Le poisson étant d’abondance, la pêche dépassait de beaucoup les besoins locaux, alors une grande quantité était envoyée vers les autres régions françaises. Alexandre Dumas (1802-1870) écrivait dans son Dictionnaire de cuisine « La plus belle et la meilleure espèce de harengs frais qu’on mange à Paris est celle qui nous arrive des côtes de Normandie. »

Les premiers poissons ramenés à quai étaient l’occasion de rassemblements joyeux. C’est ces moments d’allégresse que les « foires aux harengs » nous font revivre aujourd’hui.

 

 

Dieppe Peche aux harengs.jpg

 

 

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette des « Petits harengs à la Dieppoise »*.

Pour 4 personnes, il vous faut 4 petits harengs, 1dl de vin blanc sec, 1 dl de vinaigre, 1 oignon, 1 carotte, thym, laurier pulvérisé, sel, poivre, 1 branche de persil, 1 pincée de grains de poivre.

Vider, laver les harengs. Les mettre dans un plat, les arroser du vin blanc et du vinaigre. Recouvrir de l’oignon émincé, la carotte en rondelles et saupoudrer du thym, laurier pulvérisé, grains de poivre. Laisser mariner 1 heure. Puis, placer le tout dans une casserole. Mouiller avec la marinade. Faire pocher à feu doux sans ébullition 8 à 10 minutes. Laisser refroidir avant de dresser. Servir aussi frais que possible.

Bon appétit !

 

* Recette extraite du « Grand livre de la cuisine normande » de R. Compas – Ed Delarge 1976.

Biblio. Merci au site infos-dieppoises.fr et aux pages wikipédia sur le sujet.

Commentaires

Je vous applaudis pour votre recherche. c'est un vrai travail d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire