Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2011

Le journal de Nicolas de Baye, greffier du Parlement de Paris

Nous sommes au tout début du XVe siècle, époque charnière entre le Moyen Age et la Renaissance. Charles VI (1368-1422) est roi de France.

 

Charles-VI.jpg

 

Charles VI (1368-1411), roi de France

 

En ce mois de Janvier 1408, l’hiver est si froid qu'à Paris, la Seine se traverse à pied sec.

Dans la pièce où il travaille, Nicolas de Baye à peine à écrire tant l’encre de sa plume est gelée ! Ce qui est handicapant lorsqu’on est greffier du Parlement !

Ce champenois, née à Baye, dans l’actuel département de la Marne, vers l’an 1364, fils d’un serf des seigneurs de Baye, a été affranchi dans sa neuvième année. Après des études de droit à l’université d’Orléans, il obtient, alors qu’il est sous-diacre du diocèse de Chalons, la charge de greffier civil du Parlement de Paris en novembre 1400 et la conservera jusqu’en 1416.

 Nicolas De Baye.gif

 

Dès lors, au jour le jour, il va consigner de sa propre main et sa plus belle plume les décisions du Conseil, les plaidoiries à l’audience et d’une façon générale les évènements politiques de son époque. C’est un énorme travail d’écriture qu’il va ainsi réaliser auquel il va ajouter la rédaction en latin d’un « Mémorial », sorte de « journal» où, durant 16 ans, il va exprimer sa pensée politique intime.  

DE BAYE 1.JPG

 

Sainte-Geneviève protégeant Paris, Heures de Charles VII, XVe siècle.

 

Ses écrits, dont neuf registres de près de 600 feuillets subsistent, constituent un témoignage unique sur le milieu du Parlement de Paris à cette époque

Mais revenons à la fin du mois de Janvier 1408 où, enfin, dans la Capitale, le dégel s’amorce, entraînant hélàs avec lui une véritable débâcle ! D'énormes blocs de glace charriés par la Seine emportent l’un après l’autre les ponts de bois : le Petit-Pont, le Pont Saint-Michel et une partie du Grand-Pont. Ces ponts sont « maisonnés », c’est-à-dire qu’ils comportent des maisons d’habitation et des commerces. La ville est totalement sinistrée ! Sans points de passage entre les deux rives, le Parlement siège à effectif réduit. 

Nicolas de Baye consigne scrupuleusement ces faits dans son journal...

 

DE BAYE 2.JPG

 

Journal manuscrit du XVe siècle (Archives Nationales)

 

... Sur la page ci-dessus, il écrit : « Aujourd’hui et depuis hier à environ neuf ou dix heures de la nuit, sont descendus les blocs de glace depuis l’aval en si grande quantité, avec une si grande impétuosité et une si grande violence, spécialement dans cette partie de la Seine qui coule à Paris sous les Petits ponts, qu’à cause des heurts continuels des glaces contre les pieux de bois qui soutenaient le Petit pont, qui était en allant de la rue Saint-Jacques vers Notre-Dame (…) ces blocs de glace et la rivière de Seine ont abattu ce pont de bois qui était en allant à Notre-Dame et une partie des maisons adjacentes. (…) Tous ceux qui voulaient le voir étaient horrifiés par le péril et le dommage que subissait la bonne ville de Paris, et à cause de cela presque aucun des conseillers du roi n’a pu tout simplement se rendre ici. »

 

 

Biblio et photos  « Les plus belles pages manuscrites de l’histoire de France » - Ed. R. Laffont 1993.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Commentaires

Baye est à l'origine de ma lignée maternelle et dans l'environnement historique, de ma généalogie, je ne pouvait ignorer Nicolas de Baye et ce dans une utilisation uniquement personnelle.

Écrit par : EGOT | 29/10/2013

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire