Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2011

"Ouin", un patronyme normand

Le patronyme « Ouin » porté par mon aïeule Aimée Ouin (v. arbre généalogique de descendance ci-dessous) est l’équivalent de « Ouen », nom de personne d’origine germanique issu d’Audowin (aud = richesse + win = ami).

On ne trouve ce nom de famille majoritairement que dans les deux départements de la Haute-Normandie, la Seine-Maritime et l'Eure, et également en Picardie, dans le département de la Somme.

Il a été popularisé par Saint-Ouen, qui fut évêque de Rouen au VIIe siècle.

 StOuen.jpg

 

 Saint-Ouen sur le portail des Marmousets de l’ancienne abbaye Saint-Ouen de Rouen

 

Fils d’Authaire (Autharius), grand fonctionnaire royal sous Clotaire II (584-629), et de son épouse Aigue, Ouen, de son vrai nom Dadon, est né à Sancy, près de Soisson (Aisne).

Ses études achevées, il entre à la cour du roi des Francs Clothaire II peu de temps avant la mort de celui-ci, puis œuvre auprès de son successeur le roi Dagobert Ier (602/605-638/639) qui le fait Chancelier. Il s’y lie d’amitié avec Saint-Eloi (588-659), alors ministre des Finances.

 

 Saint_Eloi_Dagobert.jpg

 

Saint-Eloi et Dagobert

 

A la mort du roi, tous deux quittent la cour pour entreprendre des études théologiques.

Après avoir été ordonné prêtre, Dadon fonde en 635 avec ses frères Adon et Radon l’abbaye de Rebais (Seine-et-Marne).

Comme, suite à la mort de Saint-Romain (448-525), le siège de l’archevêché de Rouen est vacant, il s’y fait élire en 639 et devient Evêque de Rouen sous le nom de Ouen (Audoenus en latin) et le restera durant quarante années pendant lesquelles il administra son diocèse avec sagesse.

Saint-Ouen, qui survécu à son ami Saint-Eloi, écrivit la vie de celui-ci. Cette biographie authentique, comprenant des informations précieuses sur la morale et l’éducation réligieuses de cette époque, est un des monuments historiques du VIIe siècle.

Il mourut le 24 août 686 à Clichy, au Palais du Roi, dont le territoire laissera place plus tard à la Ville de Saint-Ouen (Seine-St-Denis). Sa dépouille est transportée à Rouen et enterrée à l’abbaye de Saint-Pierre qui devient dès lors l’Abbaye Saint-Ouen.

Encore fort vénéré en divers endroits de notre belle province, l’église catholique romaine célèbre Saint-Ouen le 24 août.

 rouen-abbatiale-st-ouen.jpg

 

Abbatiale Saint-Ouen de Rouen

 

 

Biblio. « Les Saints qui guérissent en Normandie » d’H. Gancel – Ed. Ouest-France 2009

Merci aux pages Wikipèdia sur le sujet.

  

Arbre généalogique des descendance :Aimée OUIN (sosa 39), sans profession, ° 05.10.1781 à 76-St-Pierre de Franqueville, y x 22.11.1808 à Ausgustin BISET  (sosa 38), Toilier (1776-1838) → Françoise BIZET (sosa 19), ménagère, ° 03.08.1814 à 76-St-Pierre de Franqueville, y x 27.09.1837 à Jacques PELLERIN (sosa 18), Plâtrier → Lucie PELLERIN (sosa 9), Ménagère, ° 06.01.1844 à 76-St-Pierre de Franqueville, y x 27.12.1869 à Constant BOULANGé, (sosa 8), Plâtrier, (1842-1918) → Paul BOULANGé (sosa 4), mon grand-père.

Commentaires

Bonsoir,
Dans mes archives, je possède un mariage d'un de mes homonymes :
Michel Marie VIGINET (VIGINEIX), cultivateur, maire de Clasville (Seine-Maritime), né à Murol (Puy-de-Dôme) le 11 avril 1837 et décédé à Clasville le 11 novembre 1910 qui a épousé à Clasville le 16 novembre 1869 Marie Désirée OUIN née à Clasville le 6 mars 1842 (père Adrien François, mère Désirée Clémence BOUGON)...
Peut-être que ce renseignement vous sera utile ?
Cordialement.
Jean-Pierre VIGINEIX

Écrit par : vigineix | 30/11/2011

Merci pour cette info et bonnes fêtes de fin d'année à Vous.

Écrit par : Cathy | 17/12/2011

Je vous approuve pour votre exercice. c'est un vrai charge d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.