Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2011

Les Grandes Chroniques de France ou l’histoire de nos rois

Au cours des XIIe et XIIIe siècle, l’Abbaye de Saint-Denis, se voulant mémoire de la dynastie capétienne, a dressé, en latin, une histoire de la monarchie française intitulée les « Chroniques de Saint-Denis ».

Ces chroniques étaient en réalité une compilation de textes anciens, à commencer par les chroniques d’Aimoin de Fleury, rédigées aux environ de l’an mil et s’arrêtant en l’an 654.

L’atelier historiographique de l’Abbaye de Saint-Denis va dans un premier temps reprendre l’ensemble de ces textes et poursuivre ensuite ce travail de mémoire.

Nous devons à Saint-Louis (1214-1270) d'avoir commander une nouvelle version de ces textes, cette fois en langue française.

CHRONIQUES 1.JPG

Gilles le Muisit (1272-1353), « Poème sur la peste »

Grandes Chroniques de France, XVIe siècle.

 

 « Les Grandes Chroniques de France » vont ainsi retracer les principaux faits et gestes des règnes des rois de France depuis la dynastie mérovingienne, à partir du Ve siècle, jusqu’en 1461. Rédigés par des moines dont la principale tâche était d’écrire une histoire de France constamment continuée, un règne après l’autre, ces manuscrits, dont il ne reste environ que 130 exemplaires aujourd’hui, contiennent en outre pour certains de remarquables enluminures.

 

philippe-VI.gif

 

Philippe VI de Valois (1293-1350)

 

La page ci-dessous a été extraite du récit des dernières années du règne de Philippe VI de Valois, c’est-à-dire les années 1344-1350, rédigées par un moine de Saint-Denis.  CHRONIQUES 10001.JPG

 

 

Grandes Chroniques de France, XVe siècle (B.N.)

 

On y lit notamment que : « L’an de grâce 1348 commença la devant dite mortalité au royaume de France, et dura environ un an et demi, plus ou moins, de telle sorte que à Paris par jour mouraient bien huit cents personnes. Ladite épidémie (de peste) commença en une ville de campagne appelée Roissy, près de Gonesse, à trois lieues de Saint-Denis en France. Et c’était très grande pitié de voir les corps des morts en si grande quantité, car en l’espace dudit an et demi, selon ce que certains disaient, le nombre des morts à Paris se monta à plus de cinquante mille. »

 

 

Biblio. et images « Les plus belles pages manuscrites de l’histoire de France » - Bibliothèque Nationale – Ed. R. Laffont, Paris 1993.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Commentaires

Bonjour
Un volume (chroniques de Charles V) est en ligne depuis ce mercredi me semble-t-il sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447184c/f11

Merci pour cet article de présentation !

Écrit par : d'aïeux et d'ailleurs | 05/11/2011

Je vous félicite pour votre paragraphe. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Les commentaires sont fermés.