16/10/2011

Ferdinand Cheval ou "La vie sans but est une chimère".

C’est au cœur du département de la Drôme que celui qui sera connu plus tard sous le nom de Facteur Cheval, Ferdinand Cheval voit le jour le 19 avril 1836 à Charmes-sur-l’Herbasse, petit village situé à environ 25 km au Nord de Valence. 

ACTE NAIS. F. CHEVAL.JPG

Acte de naissance de Ferdinand Cheval

 

Ses parents, François et Françoise auront deux garçons, Ferdinand, l’aîné, suivi un an plus tard de son frère Victor.

Après l’obtention de son Certificat d’Etudes Primaires, Ferdinand devient apprenti boulanger, mais il abandonne vite ce métier qui ne lui convient pas. 

Facteur Cheval.jpg

Le Facteur Cheval (1836-1924)

 

Le 12 juillet 1867, à 31 ans, il est nommé officiellement « facteur des postes » de la commune de Hauterives, petite localité située à une douzaine de kilomètres de son village natal, entre deux collines formant la vallée de la Galaure.

Hauterives.jpg

 

Hauterives, il connaît bien ! Il y a épousé en 1858 une fille du pays, Rosalie Revol dont il a eu deux garçons. 

La tournée du facteur Cheval est celle de "Tersanne ", c’est-à-dire une marche quotidienne de 33 km ! Et pendant ses longues heures de marche, notre facteur s’abandonne à la rêverie, imagine, imagine…

Et voilà comment il va trouver un sens à sa vie ! « Un jour du mois d’avril 1879, racontera t’il plus tard, en faisant ma tournée de facteur rural (…) mon pied accrocha quelque chose qui m’envoya rouler quelques mètres plus loin (…) Je fus très surpris de voir que j’avais fait sortir de terre une espèce de pierre à la forme si bizarre, à la fois si pittoresque que je regardais autour de moi. Je vis qu’elle n’était pas seule. Je la pris (…) et je l’apportais soigneusement avec moi. A partir de ce moment, je n’eus plus de repos matin et soir. Je partais en chercher ; quelquefois je faisais 5 à 6 kilomètres et quand ma charge était faite je la portais sur mon dos. »

Avec ces pierres accumulées jour après jour, il va bâtir le palais féerique échafaudé dans ses rêves pendant ses longues marches. Et durant 33 ans, sans relâche, il transporte les cailloux choisis puis les travaille sans relâche. Il assemble chacun d’eux avec de la chaux, du mortier ou du ciment, la nuit à la lueur d’une lampe à pétrole. Il s’improvise tour à tour architecte, maître d’œuvre, ouvrier ou sculpteur en fonction du besoin du moment.

 Palais Idéal.jpg

 

Le Palais Idéal du Facteur Cheval

 

Le résultat, qu’il ne baptisera que plus tard, en 1904, le « Palais Idéal », mélange de naïf et de baroque, est considéré de tous aujourd’hui comme un prodigieux hymne à la nature.

Les huit années suivantes, il va les passer à bâtir au sein du cimetière de son village son propre monument funéraire, le « Tombeau du silence et du repos sans fin ». 

Tombeau Facteur Cheval.jpg

Tombeau du silence et du repos sans fin

 

L’ensemble de l’œuvre du Facteur Cheval a été classé au titre des Monuments historiques. Le facteur a quant à lui tiré sa révérence le 19 août 1924 après une longue vie de labeur.

 

« Fils de paysan, je vieux vivre et mourir

Pour prouver que dans ma catégorie

Il y a aussi des hommes de génie

Et d’énergie. Vingt-neuf ans je suis resté

Facteur rural. Le travail fait ma gloire

Et l’honneur mon seul bonheur ;

A présent voici mon étrange histoire.

Où le songe est devenu,

Quarante ans après, une réalité. »

Ferdinand Cheval, le 15 mars 1905

 

Biblio. merci au site http://jacquesmottier.online.fr  et aux pages Wikipédia sur le sujet

Commentaires

Une occasion de découvrir Coco peintre du facteur Cheval et sa Collection de 1987 en hommage au célébre architecte du Palais idéal

Écrit par : arimaj | 27/07/2013

Une occasion de découvrir Coco peintre du facteur Cheval et sa Collection de 1987 en hommage au célèbre architecte du Palais idéal

Écrit par : arimaj | 27/07/2013

Écrire un commentaire