17/09/2011

Le Monstrueux d'Elbeuf, un normand très apprécié !

N’ayez pas peur, il n’est pas méchant  malgré son fût très court et très gros ! Il est même fort apprécié des ménagères et notamment par celles qui veulent garder la ligne !

Son nom botanique « Allium porrum » dévoile sa parenté avec l’ail et l’oignon, qui appartiennent tout comme lui à la famille des alliacées. 

Poireau d'Elbeuf 2.jpg

Le Monstrueux d’Elbeuf ou poireau d’Elbeuf est en effet une des variétés de ce légume probablement originaire du Proche-Orient, apprécié par de nombreuses civilisations avant d’arriver à la nôtre comme celles des Assyriens, des Chinois et des Egyptiens qui le cultivaient et le consommaient abondamment. 

Ce sont les Romains qui l’ont introduit en Europe, notamment en Grande-Bretagne. Il est d’ailleurs l’emblème majeur du Pays de Galles dont, dès le XIVe siècle, les soldats arboraient ses couleurs, le vert et blanc. Et le saviez-vous, c’est aussi à cause de ces couleurs que l’on surnomme « poireau » la décoration du Mérite Agricole institué le 7 juillet 1883. 

Mérite agricole.jpg

Chez nous, pendant longtemps, les « porreaux » ou « pourreaux » ont été la base nourricière de la soupe avant qu’ils ne soient mis de côté, voire dédaignés car jugé peu nobles. Au Moyen Age, on faisait la porée : « Porée blanche est dite ainsi pour ce qu’elle est faite du blanc des poreaux ». Quant aux plus pauvres, ils les mangeaient crus avec du pain.

La France est le premier producteur européen de ce légume, particulièrement cultivé dans quatre régions françaises dont la Basse-Normandie.

Sur nos marchés, on trouve des poireaux toute l’année : le poireau d’été, qui se récolte de la fin juillet à l’automne, le poireau d’hiver, au feuillage vert bleuté résistant aux gelées qui se récolte jusqu’en février, les poireaux primeurs, minces et très tendres, au printemps et les poireaux baguettes en avril-mai.  

Blasion Ville d'Elbeuf.png

 Blason de la Ville d'Elbeuf

 

Le Monstrueux d’Elbeuf comme son cousin normand le Monstrueux de Carentan est un poireau d’été. Son autre cousin normand, le poireau de Créances est, quant à lui, un poireau d’hiver.

Le poireau est un légume peu calorique, riche en fibres, diurétique qui renferme des vitamines pro-A et C anti-oxydantes ainsi que du phosphore, du fer et du calcium.

C’est aussi une plante médicinale de choix, utilisé avec succès contre l’artériosclérose, les cors et les piqûres d’insectes ou comme anti-inflammatoire des voies respiratoires. L’Empereur Néron s’en faisait préparer plusieurs bouillons par jour pour calmer sa toux et soigner ses cordes vocales avant de haranguer la foule.

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette de la Soupe Paysanne Normande*.

Il vous faut 200g de lard, 150 g de haricots blancs frais, 200 g de pommes de terre, 2 poireaux, 2 carottes, 2 navets, 1 cœur de chou frisé, 2 oignons, céleri branche, 25 g de saindoux, 2 litres d’eau, 1 bouquet garni, sel et poivre. 

Soupe normande.jpg

Coupez le lard en dés et faites-le revenir dans le saindoux avec les oignons émincés. D’autre part, vous aurez fait cuire les haricots à l’eau froide avec un bouquet garni pendant 1 heure. Ajoutez le lard et oignons, ainsi que les autres légumes nettoyés et coupés en dés. Faites cuire pendant 1h30 à couvert.

Bon appétit !

 

* Recette  issue de « Recettes normandes de nos grands-mères » de L. Gildas – Ed. Reflets de Terroir 2005

Biblio : « L’Histoire à table » d’André Castelot – Librairie Plon 1972, « L’histoire du goût » de P. Blancard – Ed. De Vecchi 2010

Merci aux site http://www.pays-de-galles.com et www.magellan-bio.fr

Commentaires

Je vous applaudis pour votre paragraphe. c'est un vrai boulot d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire