17/08/2011

Le soin des dents autrefois

La coquetterie est aussi vieille que le monde ! Dans cet esprit, saviez que les dames romaines prenaient un soin particulier de leurs dents ? Si nombre d’entre elles les lavaient avec de l’eau pure, d’autre utilisaient de l’urine dans laquelle était délayée de la pierre ponce pilée.  

Email diamant.jpg

 

Les romains et les grecs, qui pensent que les dents sont des os, n’hésitent pas non plus à les entretenir, les soigner (les obturations sont notamment effectuées à l’aide d’ardoise pilée) et même les remplacer. Ils font grand usage des dents postiches, sculptées en ivoire ou en os et fixées par des rubans en or attachés aux dents adjacentes. Les égyptiens utilisent quant à eux du bois de sycomore.

Chez nous, du Moyen Age au début du XVIIIe siècle, contre le mal de dents, peu de solutions ! On a le choix entre soit recourir à des charlatans qui abusent de la crédulité humaine en offrant des  remèdes aussi obscurs qu’inefficaces, soit confier ses dents abîmées à l’un de ces arracheurs qui officient sur les places de marché. Pas de prothèse dentaire même pour les plus grands : quand Saint-Louis décède, à peine âgé de 55 ans, sa mâchoire ne possède plus qu’une seule dent !  

LE DENTISTE .JPG

Le Dentiste par Steen

 

Pendant la Renaissance, les scientifiques vont bien acquérir quelques connaissances en anatomie et en médecine mais sans pour autant véritablement remédier au mal. Léonard de Vinci (1452-1519) décrit les rapports des racines des molaires avec les sinus maxillaires et donne les premiers dessins exacts que nous ayons sur les dents. Plus tard, Ambroise Paré (1516-1590) reconnaît l’art dentaire comme une vrai spécialité mais continue à penser que les dents sont des os. Il préconise la ligature des dents mobiles avec des fils d’or ou d’argent.   

Outils dentiste.jpg

 Outils utilisés au XIXe siècle

 

A partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, à la cour, on prend l’habitude de se rincer la bouche après le repas. Le Roi Soleil (1638-1715), à l’âge de 47 ans, n’avait plus de dents à la mâchoire supérieure et celles qui lui restaient en bas étaient toutes cariées. Madame de Maintenon (1635-1719) s’en était plainte dans une lettre à Marie-Anne de la Trémoille, Princesse des Ursins (1642-1722) disant qu’on ne l’entendait plus « parce que la prononciation s’en est allée avec les dents ». A l’époque, plus pénible était de supporter les dents postiches, faites avec des dents de morse ou d’hippopotame, que de subir les infirmités résultant de la perte de dents naturelles. De toute façon, il était nécessaire de les ôter pour pouvoir manger !  

Acte de bapteme de P Fauchard.jpg

 Acte de baptème de Pierre Fauchard

 

La pratique de l’odontologie moderne commence véritablement avec les travaux de  Pierre Fauchard (1679-1761) qui publie en 1728 « Le Chirurgien dentiste ou Traité des dents ». Il y présente la pose de dents artificielles et l’utilisation de la fraise pour tailler les dents en remplacement des traditionnels marteaux et burins. Non seulement il établit une relation étroite entre l’état de santé d’une personne et sa santé dentaire, mais il voit dans le sucre l’une des causes des caries. Pour remplir celles-ci, il préconise l’utilisation des plombages et, pour les éviter… les bains de bouche avec de l’urine ! 

 

Pierre Fauchard.jpg

 Pierre Fauchard

 

Plus tard, en 1789, un apothicaire a l’idée d’utiliser la porcelaine pour fabriquer des dents artificielles. Le développement de l’anesthésie à partir de 1844 et l’invention de la roulette en 1858 vont contribuer à l’essor de cette science. L’ordre national des chirurgiens dentistes est créé par Ordonnance du 24 septembre 1945.

 

Biblio. "Le savoir-vire de la Bouche" du Dr Cabanès - Historia n°165 

Merci aux sites : http://www.genealogie-dyonisienne.fr, http://www.lautresaintehelene.com, http://timbreetdent.free.fr  et http://www.homeoint.org

Écrire un commentaire