Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2011

Chateaubriand : entre littérature et gastronomie

En citant le nom de Chateaubriand, on pense aussitôt au talentueux écrivain et homme politique François René, Vicomte de Chateaubriand,  né à Saint-Malo le 4 septembre 1768, l’auteur des « Mémoires d’Outre-Tombe » dont la rédaction dura une trentaine d’années.  

TP.JPG

Acte de baptême de François René, Vicomte de Chateaubriand

 

Mais on pense aussi à la pièce de boeuf du même nom ! C'était à ce qu'il paraît le plat préféré de ce grand voyageur. Alors qu’il était Ambassadeur à Londres, en 1822, son cuisinier personnel, un nommé Montmireil, lui avait fait découvrir ce qu’il baptisa plus tard une « Grillade de boeuf à la Chateaubriand ». Depuis, il affectionnait particulièrement, dit-on, ce morceau de filet de bœuf rôti, saignant, servi avec une sauce réduite à base de vin blanc, d’échalotes confites, d’estragon et de jus de citron. 

chateaubriand 1768-1848.jpg

 Chateaubriand (1768-1748)

 

Pourtant, ce n’est qu’une trentaine d’années après la mort du Vicomte que l’on baptisa du terme de « Chateaubriand » (avec un « d » final), cette pièce de viande de boeuf « épaisse taillée dans le filet, cuit entre deux autres qu’on ne sert pas », servie avec des pommes soufflées.  

Chateaubriand.jpg

 

Alors, me direz-vous, c’est donc le célèbre malouin qui a donné son nom à cette spécialité gastronomique française !

 

Chateaubriant.jpg

 

 

Pas si sûr ! En réalité, l’histoire varie suivant qu’on orthographie le plat avec un « t » final ou un « d » final.

En effet, les habitants de la ville de Châteaubriant (avec un « t » final) située en Loire-Atlantique, revendiquent entièrement la paternité de ce plat. Pour eux, c’est uniquement la réputation de la qualité de leur cheptel et de leur foirail bovin qui est à l’origine de l’appellation « Châteaubriant » et le vicomte n’y est pour rien !

 

Chateaubriant 2.jpg

 

Mais voilà, la graphie la plus employée est tout de même « Chateaubriand » avec un « d » final, ce qui donnerait raison à Monsieur le Vicomte. André Castelot cite d’ailleurs dans son « Histoire à table », l’amusante pensée de Rochefort  « Le filet de bœuf a un goût si exquis qu’on l’a donné à un littérateur. »

 

Biblio. Revue Historia – Février 1986.

Commentaires

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire