06/08/2011

Georgette Leblanc, l'égérie de Maeterlinck

Georgette Leblanc n’était pas seulement la sœur de son frère Maurice, le père d’Arsène Lupin,

mais une tragédienne, chanteuse d’opéra, actrice de théâtre et de cinéma et aussi une femme de lettre. 

Naissance G. LEBLANC.jpg

  Acte de naissance de Georgette Leblanc

 

Elle aussi est née en Normandie, à Rouen, le 8 février 1869. D’une famille bourgeoise proche de celle de Flaubert, la jeune femme est intelligente et cultivée. Elle aime les arts et est très tôt attirée par l’interprétation lyrique.

G. Leblanc.jpg

 

 Georgette Leblanc vers 1900

 

Le 23 novembre 1893, elle n’a alors que 24 ans, elle débute comme soprano à l’Opéra Comique dans « L’attaque du moulin », opéra d’Alfred Bruneau, tiré d’une nouvelle éponyme d’Emile Zola sur un livret de Louis Gallet.

Fréquentant les salons mondains, elle rencontre en 1895, au cours d’une soirée chez l’avocat Edmond Picard, alors qu’elle venait de jouer « Le Père » de Strindberg au Théâtre bruxellois du Parc, l’écrivain belge de renom, Maurice Maeterlinck (1862-1949) qui plus tard sera lauréat du Prix Nobel de Littérature. 

 

G. Leblanc et M. Maeterlinck.jpg

Georgette Leblanc et Maurice Maeterlinck

 

Deux ans plus tard, le couple s’installe dans une résidence calme et cossue située au cœur du Pays de Caux, au Gruchet-Saint-Siméon, petite commune de la Seine-Maritime. C’est Georgette qui, au cours d’une promenade en vélo, a découvert cette résidence qu’elle baptisera « Le vieux presbytère » alors que son compagnon lui préférera le terme de « château ».

 

 

Abbaye de St-Wandrille.jpg

Abbaye de Saint-Wandrille (Seine-Maritime)

 

Dix ans après, ils s’installent à l’Abbaye de Saint-Wandrille, à l’étage du bâtiment ouest, dans les seules pièces habitables de la propriété. C’est un lieu unique et magique à la fois, qui convient aussi bien à l’un comme à l’autre. Lui installe son bureau dans la pièce qui était auparavant une salle de conférence. Elle s’enchante de vivre dans lieu digne d’un décor de théâtre.

Et c’est d’ailleurs dans ce décor, dirigée par son compagnon, que Georgette triomphe le 27 août 1909 en Lady Macbeth. Elle est de suite engagée pour interpréter en Russie « L’Oiseau Bleu », la pièce écrite par Maeterlinck en 1908.

Le couple se sépare en 1918. Georgette se réfugie dans le Phare de Tancarville qu’elle acquiert et où elle s’installe avec sa compagne Margaret Anderson (1886-1973). 

Phare de Tancarville.jpg

 Phare de Tancarville (Seine-Maritime)

 

Parallèlement à sa carrière lyrique, Georgette Leblanc publiera nombre d’ouvrages dont « Un pèlerinage au pays de Madame Bovary » en 1913 et « Propos sur le cinéma » en 1919. Elle tournera aussi le premier rôle du film « L’inhumaine » de Marcel Lherbier en 1924. Elle décède au Cannet (Alpes Maritimes), le 27 octobre 1941 des suites d’un cancer.

 

Biblio : Merci au site http://www.bude-orleans.org/lespages/46autres/76/76-Wandrille-Maeterlink.html

Commentaires

Je vous vante pour votre paragraphe. c'est un vrai état d'écriture. Développez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire