29/06/2011

Dieppe, la doyenne des stations balnéaires ou l'oeuvre de trois femmes

Nous poursuivons notre découverte des stations balnéaires normande. Aujourd’hui, Dieppe ! Dieppe, où tout a commencé ! Dieppe, la doyenne des stations balnéaires de France !  Dieppe dont la mer, le sable, les galets et la craie des falaises a attiré tant de peintres dont Boudin et Manet pour ne citer qu’eux !

 

 

PLAGE DIEPPE.jpg

 

Figure emblématique de la Côte d’Albâtre, Dieppe doit sa magnifique destinée à trois femmes : Hortense, Eugénie et Marie-Caroline !

 

 

Reine Hortense.jpg

 

 

C’est en 1813 que la première d’entre elles, la Reine Hortense (1783-1837), ci-dessus, fille de Joséphine de Beauharnais et épouse de Louis Bonaparte ex-roi de Hollande, accompagnée de ses enfants, dont le futur Napoléon III, vient pour la première fois respirer l’air iodé  de Dieppe et  profiter de son eau vivifiante. Bien sûr, les années suivantes, une partie de la Cour et de la bonne société  parisienne va les imiter et en 1822, le premier établissement de bains de mer est ouvert. Mais il faut se souvenir que ce n’est qu’à partir du début du XIXe siècle que la réputation salvatrice des bains de mer atteint les salons parisiens ! Alors que Dieppe, plage la plus proche de la capitale, était déjà très fréquentée à l’époque par la haute société anglaise, inconditionnelle de la baignade curative depuis le XVIIe siècle.

 

 

Princesse-eugenie.jpg

 

 

Grâce à la seconde,  Eugénie de Montijo (1826-1920) (ci-dessus) et à son époux l’Empereur Napoléon III, qui vont choisir la Côte d’Albâtre pour leur voyage de noces, le chantier naval est transféré dans l’arrière-port et les huit hectares de l’esplanade font place à un magnifique jardin à l’anglaise.

 

 

Duchesse de Berry.jpg

 

 

Mais le véritable lancement de la mode balnéaire, on le doit à la troisième, Caroline de Bourbon-Siciles (1798-1870)(ci-dessus), épouse de Charles Ferdinand d’Artois, Duc de Berry et fils de Charles X. En 1824, la belle Marie-Caroline arrive à Dieppe. Elle réside à l’Hôtel-de-Ville aménagé à grands frais pour l’occasion. Comme elle a le sens du spectacle, elle y fait une entrée fastueuse, au son du canon, et entraîne derrière elle artistes et gens du monde. Les excursions et les réceptions remplissent ses journées. Elle se baigne aussi et chacun de ses bains est une cérémonie haute en couleur ! La Duchesse du Berry y est toujours accompagnée soit du maire de la ville soit du médecin inspecteur du bain, tout deux entrant dans l’eau en habit de cour, sous le regard vigilant des « baigneurs-jurés », ancêtres de nos maîtres nageurs. Le bain de mer est alors avant tout thérapeutique et les eaux au pied des falaises du Pays de Caux ont une solide réputation. Elles auraient notamment guéri Henri III  de « certaines gales dont il était travaillé » et sauvé la petite chienne d’Henri IV malencontreusement mordue par un chien enragé.

En 1850, les premiers trains en provenance de la capitale vont contribuer encore au succès de la station balnéaire dieppoise. Mais progressivement, les riches parisiens vont délaisser des galets cauchois au profit  de la douceur des sables de la Côte Fleurie…

 

 

Esplanade Dieppe.jpg

 

 

Aujourd’hui, sur l’esplanade dominée par le Château-Musée, face à la plage qui s’étend sur près de 2 km, les crinolines ont fait place aux Cerfs-volants. Ils font le bonheur de tous, petits et grands, venus s’aérer sur le Boulevard Foch aménagé en promenade maritime. 

 

Biblio. « Les stations balnéaires de la Côte Normande » HS « Pays de Normandie » 1997.

 

Écrire un commentaire