09/07/2011

La bande Velpeau

Elle est bien l’un des composants indispensables à toute bonne trousse de secours.

 

 

Bande de velpeau.jpg

Mais saviez-vous qu’elle porte le nom du Docteur Velpeau ? Alors que celui-ci ne l’a pas inventée !

 

 

Alfred-Velpeau.jpg

 

 

Alfred Louis Armand Marie Velpeau est né à 20 km de Tours, à Brèches (Indre-et-Loire), le 30 floréal an III (19 mai 1795). De son père, maréchal-ferrant mais aussi à l’occasion  guérisseur du village, il hérite du goût de l’effort et d’une véritable vocation pour la médecine. Il reçoit d’un vieux maître d’école et du curé de son village les bases d’un enseignement rudimentaire qu’il complète en dévorant les livres qu’il peut se procurer.

 

En 1816, il entre comme bénévole à l’hôpital de Tours et étonne par l’application dont il fait preuve et la soif de connaissances qui est la sienne. Diplômé Officier de santé, il devient en 1819 premier élève de Pierre Fidèle Bretonneau, médecin chirurgien, qui demeurera son maître. Il admire sa pratique médicale et partage son goût pour la recherche. Il lui portera en toutes circonstances un attachement qui ne fera jamais défaut.

Désireux  de parfaire  sa formation, il « monte » à Paris en 1820. Il suit assidûment les cours d’anatomie, de physiologie et d’embryologie. Il publie ses premiers écrits dans le Journal de médecine, chirurgie et pharmacie de Paris. Il soutient sa thèse de doctorat en médecine sous la présidence de Laennec le 27 mai 1823. Dédiée à Bretonneau, elle porte sur « Remarques sur les fièvres intermittentes, la teigne, les altérations du sang et la compression ». Et le 28 novembre 1823, il devient agrégé de médecine, 8 ans seulement après avoir quitté, peu lettré, la forge paternelle.

Dès lors, les étapes de sa carrière vont s’accélérer. En 1828, il est reçu au « Chirugicat » des hôpitaux. Il exerce en cette qualité à l’Hôpital Saint-Antoine puis à l’Hôpital de la Pitié. Il continue à défendre les conceptions de son maître auquel il reproche sans arrêt de ne pas publier ses découvertes. C’est donc lui, dans ses propres articles, qui préconise en son nom « la meilleure manière de conserver le vaccin » et « la compression dans les inflammations ». C’est ainsi que son nom sera lié à la bande qui, en réalité, devrait s’appeler la bande Bretonneau, même si ce dernier fait état dans sa thèse des travaux d’un prédécesseur allemand.

 

 

Bande Velpeau.jpg

 

 

Velpeau reste donc connu pour une invention qu’il n’a pas créée mais qu’il a vulgarisée et perfectionnée.

En 1834, il prend possession du service de chirurgie de l’Hôpital de la Charité qu’il gardera jusqu’à sa mort. C’est dès lors un « grand patron » à la clientèle importante et aux revenus confortables.

 

 

A. VELPEAU.gif

 

 

Commandeur de Légion d’Honneur, Président de l’Académie de Médecine, Velpeau s’éteint à Paris, le 24 août 1867. Dans un dernier souffle, il aurait murmuré : « Il ne faut être paresseux, mais travailler, travailler toujours… ». Il est enterré au cimetière de Montparnasse.

 

 

velpeau_deces.jpg

 

 

 

Biblio.  « Velpeau » - Article de C. Quétel – Historiaz – Fev. 2008

Photo. Merci aux sites "Maîtrise Orthopédique" et "Cimetières de France et d’ailleurs".

 

Commentaires

Juste un petit mot pour vous dire combien j'adore votre blog, véritable cabinet de curiosités, d'anecdotes et de découvertes, que je tâche autant que faire se peut de diffuser, notamment dans le Généafil (www.geneafil.fr)
Surtout continuez à nous faire sourire et découvrir !
Bonne journée
M.

Écrit par : d'aïeux et d'ailleurs | 09/07/2011

Merci de tout coeur pour vos encouragements. Tenir ce blog est un réel plaisir comme savoir qu'il intéresse et distrait à la fois (même si je m'en étonne toujours cependant ...).
Bel été à vous.

Écrit par : Cathy | 09/07/2011

Génial, merci pour ce post de votre site web !

Écrit par : comparateur mutuelle | 05/10/2011

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Écrire un commentaire