25/05/2011

Monsieur Loyal : un nom propre passé à la postérité

On n’imagine pas un spectacle de cirque sans son Monsieur Loyal ! Homme-orchestre, maître de la piste, c’est lui qui présente, en habit de cérémonie, les numéros et donne à l’occasion la réplique aux clowns de service. On a tous en tête le Monsieur Loyal de la Piste aux Etoiles : Roger Lanzac !

 

 

Roger Lanzac.jpg

 

 

Mais saviez vous qu’au commencement, il y a bien eu un Monsieur Loyal ! Anselme Pierre Loyal, enfant du cirque né à Paris entre 1746 et 1743, artiste et également excellent cavalier, qui choisit comme nom de scène celui de Blondin.

 

 

Dans les années 1780-1792, il travaille chez les Franconi à Lyon et à Paris et aussi à Bordeaux où il apparaît à l’affiche d’un spectacle de la Troupe Benoist Guerre en qualité d’ « Equilibriste sur échelle »

Il épouse en 1780 la fille d’un autre artiste de cirque, le sauteur Jean-Baptiste Gaillard. Jeanne Marie (1763-1838) lui donne 4 fils, tous promis à la vie du cirque. La famille fonde en 1812 le cirque Blondin-Loyal, petit cirque ambulant fait d’une « tour de toile » autour d’un mât central. On ne s’y produit qu’à la belle saison. L’hiver, on se loue dans des théâtres de la Capitale, comme celui des Funambules sur le boulevard du Temple. A cette époque, les numéros sont essentiellement équestres mais accompagnés de « grotesques » ou de « clones », francisation éphémère du mot « clown » qui vient d’apparaître outre-Manche.

 

 

Cirque-Loyal.jpg

 

 

En 1826, une affiche du « Cirque Olympique de Monsieur Loyal Blondin » promet pour « le dimanche 2 avril et jours suivants » de nombreux numéros portés par toute la famille Loyal au grand complet dont « une grande danse, des voltiges à cheval et le clone comique de la Troupe qui exécutera plusieurs scènes des plus risibles » !

 

 

DECES M LOYAL.jpg

 

 

 

Le 4 juillet 1826, Anselme Pierre décède à Nogent-le-Rotrou dans l’Auberge du Sieur Jousse, rue de la Chaussée. Il est âgé "d'environ 80 ans". 

C’est son second fils Pierre Claude Loyal dit Blondin Cadet ou Glod, né en 1795, qui assurera la pérennité du cirque familial. Avec lui, comme plus tard avec ses descendants, aucun des enfants de la famille ne sera « exempt de piste » et cela dès l’âge de 5 ans ! Pierre Claude mourut en 1867 et est inhumé en Normandie, au cimetière Saint-Jean de Caen.

A la fin du Second Empire, la famille Loyal essaime en plusieurs cirques. On doit cependant à Léopold Loyal (1835-1889) la « physionomie » du futur « Monsieur Loyal » : il s’occupe de la piste, revêtu d’un costume habillé. Comme il n’y a pas encore de micro, il faut de la voix, de la présence, de la prestance.

 

 

MONSIEUR LOYAL.JPG

 

 

Si beaucoup de familles du cirque ont fait de leur nom une référence dans ce domaine, comme les Medrano, les Gruss ou encore les Bouglione, seuls les Loyal ont fait de leur nom un personnage !

 

Biblio « Monsieur Loyal » - Claude Quétel – Historia Juillet 2009.

Photo. : Merci au blog « Musics-Ligts-Animations ».

 

 

Commentaires

J'ai un livre complet sur notre famille.
06 60 32 55 17.

Écrit par : loyal | 21/04/2012

Écrire un commentaire