21/12/2011

Léon, le gros bourdon de Bonsecours !

Après la guerre de 1870, un projet longtemps remisé revient d’actualité pour les édiles Rouennais : la construction d’un monument en l’honneur de Jeanne d’Arc !

Début 1882, on confie au Cardinal Thomas (1826-1893) l’étude et la réalisation de cet ouvrage « en tout endroit qui lui conviendra ». Il charge Juste Lisch (1828-1910), architecte parisien qui vient de prouver son talent dans la reconstruction de la gare Saint-Lazare, de le réaliser.

Une fois le site choisi, le Plateau des Aigles situé sur une colline à Bonsecours dominant Rouen, la conception du monument arrêtée, dans le style de l’art précieux et maniéré de la Première renaissance,  la souscription lancée, les travaux vont bon train et le 30 juin 1892 l’inauguration rassemble une foule dense.

 

 Monument Jeanne d'Arc.jpg

 

Les chroniqueurs de l’époque parlent de 50 à 55 000 personnes dont beaucoup durent se contenter de contempler de loin le monument et l’imposante procession dans laquelle figurent pas moins de 3 archevêques, 14 évêques, nombreuses personnalités civiles et militaires et même un membre de la famille de Jeanne, M. Renaudeau d’Arc !

Quelques années plus tard, de pieuses personnes songent à faire fondre une cloche en mémoire du Cardinal Thomas qui se prénommait Léon. De nouveau, on lance une souscription et de nouveau on recueille beaucoup d’argent ! C’est ainsi que cette cloche devient un bourdon de plus de 6 tonnes. Fondu en 1892 dans les ateliers Drouot à Douai, on s’aperçoit très vite qu’il est trop gros et trop lourd pour entrer sans risque dans le clocher de la basilique auquel il était primitivement destiné.

 Gros Léon 1.jpg

On décide donc d’« enfermer » le gros Léon dans une cage sur l’esplanade de la basilique.

Sur son pourtour, on peut lire « Je me nomme Léon. J’ai été donné en l’honneur de Notre-Dame de Bonsecours, pour perpétuer le souvenir de Monseigneur Thomas, archevêque de Rouen, qui a fait élever dans cette paroisse le monument à Jeanne d’Arc. »

 Gros Léon 2.jpg

 

Restauré fin 2007, Gros Léon est revenu à Bonsecours le 23 janvier 2008 et sonne à nouveau pour le plus grand plaisir des Bonauxiliens !

 

 

Biblio : « Bonsecours » d’Andrée Philippe publié en 1990 er « Flâneries à Rouen – Chemins de traverse » de Daniel Caillet – Ed. A. Sutton -2011

Écrire un commentaire