29/01/2011

Faites sauter les crêpes !

                                                                                         A la Chandeleur, l’hiver s’en va ou prend vigueur

Le 2 février, on fête de  la Chandeleur.  En ce jour, les  catholiques célèbrent la présentation de l’enfant Jésus au Temple et la purification ou les relevailles de sa mère la Sainte Vierge.

Présentation Enfant Jésus.jpg

Et c’est en mémoire de cet évènement qu’à partir de l’an 492 est organisée chaque année une procession au cours de laquelle on allume des cierges bénis, symbole de purification. La fête tire d’ailleurs son nom de cette tradition, du latin « festa candelarum », « fête des chandelles », chandelles qui, une fois bénies, étaient censées éloigner le mal et protéger les foyers de nos paysans superstitieux qui les conservaient alors pieusement.

Pape Gelase 1er.jpg

Au Ve siècle, lors de l’une de ces procession, pour récompenser les pèlerins venus jusqu’à Rome fêter la Chandeleur, le pape Gélase 1er, leur aurait distribué des crêpes, ou plutôt des « oublies » comme on les nommait à cette époque, donnant ainsi naissance à une tradition qui, pour le plus grand bonheur de tous les gourmands aux babines alléchées que nous sommes, est toujours respectée.

Le 2 février symbolise également la sortie de l’hiver et le retour au travail agricole. Par sa forme ronde et dorée, la crêpe rappelle le soleil et le retour proche du printemps.

Les crêpes.jpg

Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler la recette des crêpes, mais voici comment autrefois, en Normandie, on pratiquait : « Pour six douzaines de crêpes, cassez dix-huit œufs que vous mélangez avec un litre de lait, une livre de farine, un verre à bordeaux d’eau-de-vie et un peu d’eau de fleur d’oranger. »

Quant au savoir-faire, suivez les conseils avisés d’Ernest Auricoste de Lazarque*1829-1894), l’un de nos plus célèbres gastronomes :

« Sur un joli feu de petit bois, vous placez la poêle bien propre. Frottez-la d’un peu d’huile ou de graisse fine et, lorsqu’elle est bien chaude, versez-y juste ce qu’il faut de pâte pour couvrir la surface d’une très fine pellicule… La pâte se solidifie à l’instant même ; vous tournez prestement la crêpe ; vous attendez un instant qu’elle se dore et c’est fait. Graissez de nouveau la poêle et recommencez pour une autre. »

Et surtout, n’oubliez pas de faire sauter votre première crêpe de la main droite, un Louis d’Or ou une belle pièce de monnaie en argent bien serré dans votre main gauche : vous assurerez ainsi la richesse de toute votre maisonnée toute l’année !

crepes.jpg

Bon appétit !

* "Almanach historique de la Gastronomie Française" de C. Guy - Hachette 1981.

Écrire un commentaire